Sophrologie & Ostéopathie

Deux Approches Complémentaires pour une Prise en charge Globale du Patient | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Tensions ? Douleurs ? Stress ? Troubles digestifs ? Préparation à l’accouchement ? Sport de haut niveau ? … Voila quelques exemples de problématiques que l’on peut retrouver aussi bien en séances de Sophrologie que d’Ostéopathie. Alors pourquoi ne pas allier ces deux disciplines ? Ce mois-ci, je vous présente donc les liens entre ces deux disciplines complémentaires, pour une prise en charge globale et pluridisciplinaire du patient.

Je profite de cette occasion pour vous annoncer ma collaboration avec Marion JANNIN, Ostéopathe D.O. – installée sur Wambrechies et Frelinghien – qui vous présente ici en quelques mots l’Ostéopathie et ses différents principes.

Qu’est-ce que l’Ostéopathie ?

L’Ostéopathie est une approche manuelle préventive et curative qui consiste – dans une compréhension globale du patient – à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d’en altérer l’état de santé.

Il s’agit alors de remettre en mouvement les structures du corps (os, articulations, ligaments, muscles, tendons, viscères…) afin de libérer la circulation sanguine et lymphatique, mais aussi pour favoriser les échanges métaboliques et l’interrelation des différentes parties de votre corps.

Le Concept Ostéopathique

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : “La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.” L’Ostéopathie s’accorde avec cette définition car selon son concept, la santé représente la parfaite adaptation de l’organisme à son environnement. L’attention de l’ostéopathe doit donc se porter tout autant sur l’environnement du patient que sur son organisme à proprement parler.

Les 3 grands Principes du Concept Ostéopathique

1- L’Unité du Corps

L’Ostéopathie considère l’individu dans sa totalité. Une partie du corps atteinte signifie un déséquilibre de l’harmonie du corps entier. Le traitement doit donc s’appliquer à retrouver non seulement la fonction de la partie atteinte, mais aussi l’équilibre du corps entier. L’homme étant un tout, mais aussi un élément du tout, l’ostéopathe tient compte dans son diagnostic et dans son traitement, de l’environnement de son patient, notamment ses conditions de vie et d’hygiène de vie (alimentaires, environnementales, …).

2- La Structure gouverne la Fonction

Les structures du corps et les fonctions qu’elles doivent remplir sont interdépendantes. Il faut une intégrité de notre charpente afin de conserver la liberté de mouvement de nos tissus. Dès qu’une structure qui compose le corps humain commence à perdre de la mobilité, la fonction qu’elle est censée remplir pleinement est perturbée et/ou diminuée, entraînant ainsi un trouble fonctionnel et vice versa.

3- Le Corps possède ses propres mécanismes d’Auto-régulation

Pour l’Ostéopathie, la tendance naturelle du corps est le retour à l’équilibre. Le corps doit avoir en lui les moyens de retrouver cet équilibre, soutenu par un environnement et une alimentation adaptée. Le corps a donc la capacité de s’auto-réguler et de s’auto-guérir afin de maintenir un équilibre face aux différentes altérations de l’organisme. L’ostéopathe, par ses manipulations, permet de stimuler et d’accompagner cette auto-guérison en levant les pertes de mobilité.

Liens et Apports de la Sophrologie

Une approche globale du patient

Cela va être le premier grand lien entre Ostéopathie et Sophrologie. En effet, lorsqu’un patient nous évoque un symptôme, nous allons bien entendu le traiter – en fonction de nos spécialités respectives – mais nous allons également prendre en compte son environnement, son mode de vie, incluant ainsi son alimentation, sa qualité de sommeil, son niveau de Stress…

Accorder davantage d’importance au Vécu et au Ressenti du Patient

La Sophrologie va compléter cette approche globale, d’abord en offrant un espace d’écoute attentive sur ce que vit le patient et comment cela se manifeste-t-il pour lui. En effet, ce n’est pas parce que le Mal-être ne se voit pas forcément qu’il n’existe pas… Combien de personnes vous ont-t-elles dit : “Tu n’as rien donc c’est dans la tête”… ? Il va ensuite y avoir un travail d’harmonisation du Schéma Corporel, qui inclut non seulement le corps, mais aussi les pensées, les émotions ainsi que notre comportement face à une situation vécue.

Tensions, Douleurs et Stress

Les tensions et les douleurs sont généralement liées – de près ou de loin – au Stress vécu et aux émotions accumulées, surtout lorsqu’il n’y a pas de traumatismes physiques ou autres pathologies qui pourraient expliquer ces symptômes. Si vous êtes toujours tendu malgré les séances d’Ostéopathie et que vous n’arrivez pas à lâcher-prise, un suivi avec la Sophrologie peut alors vous être utile, non seulement pour modifier votre manière de penser et mieux adapter votre comportement, mais aussi pour développer davantage de sensations agréables et optimiser ainsi votre état de Bien-être général.

Auto-régulation du Corps

La Sophrologie s’inscrit également dans ce principe d’Auto-régulation, en développant notamment de nouvelles capacités pour gérer la douleur, le stress et les émotions. Selon les cas, les techniques apprises en Sophrologie vont permettre de réduire le dosage de médicaments, notamment pour traiter les troubles anxieux et états dépressifs (antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères, …) ou encore pour gérer une douleur comme dans les crises d’arthrose et de polyarthrite rhumatoïde. Attention, il n’est pas question d’arrêter vos traitements en cours…!! Néanmoins, la Sophrologie constitue une aide complémentaire et un confort dans votre qualité de vie au quotidien.

Autres problématiques communes

L’Ostéopathie et la Sophrologie forment également un excellent duo, notamment dans l’accompagnement d’une grossesse, mais aussi dans la prise en charge de sportifs de haut niveau. La liste est non-exhaustive, alors n’hésitez pas à nous joindre pour plus d’informations.

Contactez-nous :

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien D.U.
  • 06 72 54 44 00 / www.alexandrebauin-sophrologue.com 
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-levis à Wambrechies (59118)
  • Marion JANNIN – Ostéopathe D.O.
  • 06 30 36 39 00 / www.marionjannin-osteopathe.com
  • Cabinet Paramédical 1224, rue d’Ypres à Wambrechies (59118)
  • et 38 Place des Combattants à Frelinghien (59236)

 

Les 4 traits de Caractère qui aggravent l’Anxiété

Changer ses traits de caractère qui aggravent l’Anxiété avec l’aide de la Sophrologie | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – Le Blog.

Si vous éprouvez toujours des difficultés à gérer votre Stress et votre Anxiété, que vous souffrez régulièrement d’attaque panique, de phobies ou de troubles anxieux généralisés depuis un certain temps, vous avez très probablement au moins 2 à 3 traits de caractères qui aggravent votre Anxiété parmi :

  1. Le Perfectionnisme
  2. Le Besoin excessif d’Approbation
  3. La Tendance à ignorer les symptômes du Stress
  4. Le Besoin excessif de Contrôle

Ces traits de caractère apparaissent bien souvent au cours de la petite enfance, notamment en lien avec le fait de copier le modèle de vos parents qui exigeaient la perfection, ou en réaction face à la manière dont l’un de vos parents (ou les deux) vous a traité. Le fait de changer ces aspects, qui peuvent être bien ancrés dans votre personnalité, va nécessiter un profond changement d’attitude tout d’abord avec vous-même, mais aussi avec votre entourage, ainsi qu’avec la vie en générale.

Pour cela, la Sophrologie va se révéler être un atout de choix pour vous accompagner à changer d’attitude, tout en développant de nouvelles capacités comportementales, un nouveau regard plus optimiste et plus étendu sur votre situation, ainsi qu’en adoptant une nouvelle philosophie de vie positive et pleinement vécue.

1- Le Perfectionnisme

Le perfectionnisme se compose de deux aspects :  Le premier consiste à avoir des attentes irréalistes envers soi-même, envers les autres et envers la vie, ce qui vous amène fréquemment à amplifier vos petites erreurs en catastrophes et donc à vous focaliser davantage sur le négatif que sur le positif. Le second aspect va quant à lui consister à critiquer et dévaloriser systématiquement tous vos efforts, ce qui participe à entretenir une faible Estime de Soi.

2- Le Besoin excessif d’Approbation

Il est tout à fait naturel d’avoir besoin de reconnaissance, que ce soit d’un point de vue personnel ou professionnel, néanmoins pour des personnes phobiques et anxieuses cela peut vite devenir un besoin excessif. “Le sentiment d’imperfection” ou “de ne pas avoir de Valeur”, sont généralement à l’origine de cette nécessité d’approbation. Cela va donner naissance à de nombreuses frustrations, des pensées négatives et des croyances erronées envers soi-même, entretenant ainsi votre anxiété et les différentes manifestations du Stress.

3- Tendance à ignorer les symptômes du Stress

C’est le point le plus important à traiter chez les personnes anxieuses et phobiques. En effet, les personnes atteintes de troubles anxieux sont rarement à l’écoute de leur Corps, puisqu’elles sont toujours dans les ruminations négatives et les pensées parasites. Si vous avez tendance à ignorer les symptômes du Stress, ou du moins que vous n’en avez pas conscience, cela va inévitablement vous pousser jusqu’à l’épuisement et ainsi nuire – à plus ou moins long terme – à votre Santé Physique et Mentale.

Vous pouvez tester votre Niveau de Stress en remplissant le tableau suivant en fonction de ce que vous avez perçus au cours du dernier mois écoulé :

Si vous avez coché :

  • de 0 à 7 éléments = niveau de stress faible
  • de 8 à 14 éléments = niveau de stress moyen
  • de 15 à 22 éléments = niveau de stress élevé
  • plus de 22 éléments = niveau de stress très élevé

4- Le Besoin excessif de Contrôle

Le Besoin excessif de contrôle naît la plupart du temps d’un traumatisme personnel vécu, ce qui amène à développer un système de défense excessif pour garder à tout prix le sentiment de sécurité, la maîtrise excessive de soi et un contrôle permanent sur la vie en générale. Bien entendu cela est non seulement épuisant, mais également irréaliste, car en effet, personne ne peut tout contrôler et tout prévoir sur tout. C’est d’ailleurs tout le contraire du “Lâcher-prise”.

Apports de la Sophrologie

Apprendre à écouter son Corps avec une approche Phénoménologique, en prenant ainsi conscience de ce qui se passe pour vous, dans l’ici et maintenant, sans jugement. Apprendre à ressentir les manifestations du Stress, les identifier, puis les évacuer à l’aide des différentes techniques présentes notamment dans les deux premiers degrés de la Relaxation Dynamique (RD1 et RD2).

Apprendre à mettre de la distance avec les jugements d’autrui, mais aussi avec ses propres interprétations. Rappelant au passage qu’on ne peut pas plaire à tout le monde… De plus, il faut savoir que la plupart des personnes qui vous critiquent ne font que projeter leurs propres réalités et leurs propres frustrations sur vous…

Améliorer l’Estime et la Confiance en Soi, en développant notamment une nouvelle façon de penser plus optimiste et en adaptant ainsi son comportement face aux jugements, face aux résultats, face aux difficultés rencontrées. Agir plutôt que de Réagir sera le maître mot, tout en gardant en tête l’idée qu’il ne peut y avoir d’échec à partir du moment où l’on fait de son mieux pour réussir..!

Apprendre l’Acceptation de ne pas pouvoir tout contrôler, en développant le Lâcher-prise et un état de Conscience plus harmonieux par la pratique régulière et personnelle des différents degrés de la Relaxation Dynamique. Vous développerez également votre Patience et votre Confiance à la Vie, avec une prise de recul nécessaire pour prendre conscience de vos propres ressources et de toutes les possibilités qui s’offrent à vous

Je découvre la Sophrologie

Apprendre à se ressourcer et à s’écouter avec la Sophrologie | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Vous êtes de plus en plus nombreux à entendre parler de la Sophrologie et à vouloir tenter l’expérience, notamment pour apprendre à gérer votre Stress et vos émotions, ou tout simplement pour “faire une Pause” dans votre quotidien. Néanmoins le déroulement d’une séance de Sophrologie et l’étendue de ses applications restent encore assez méconnus du grand public. Ce mois-ci, je vous explique alors en quelques mots, comment fonctionne la Sophrologie et pourquoi la répétition des exercices va vous aider à atteindre vos objectifs et plus encore…

Découverte de la Sophrologie : mes premières séances

Comment ça marche ?

Cela va peut-être vous surprendre, mais la Sophrologie se pratique rarement allongée – sauf cas particuliers, ou lors d’utilisation de techniques de Relaxation comme “le training autogène de Schultz” et la relaxation progressive de Jacobson”. La spécificité de la Sophrologie repose alors avant tout sur la pratique régulière – débout et/ou assis – d’exercices corporels et respiratoires, présents dans les différents degrés de la Relaxation Dynamique (RD1 à RD12) créée par le Pr. Alfonso CAYCEDO (1932-2017), médecin neuropsychiatre et neurochirurgien, fondateur de la Sophrologie Existentielle.

 Les premières séances de Sophrologie vont donc être axées sur un retour au CORPS avec ses SENSATIONS, afin de mettre de la distance avec nos pensées parasites et nos émotions négatives, qui nous mènent bien souvent vers des comportements inadaptés ; mais aussi et surtout pour développer davantage de CONSCIENCE de ce qui se passe pour nous, sans jugement, sans analyse, juste observer et ressentir ce qui est présent en nous et autour de nous, dans l’ici et maintenant.

En effet, lorsque vous pensez à une situation stressante ou désagréable, comment cela se manifeste-t-il pour vous, au niveau du corps ? Peut-être par des tensions au niveau du ventre, du cou ou de la mâchoire ? Peut-être cela se passe-t-il au niveau de votre peau, en démangeaisons ou en psoriasis ? Peut-être c’est votre système digestif qui est perturbé ou votre tête qui semble être sur le point d’exploser ? Comment cela se passe-t-il pour vous ?

Apprendre à s’écouter

C’est la première étape, prendre davantage conscience de votre corps et de vos ressentis, en repérant ainsi les différentes zones de tensions afin de mieux pouvoir les relâcher. Vous pouvez d’ailleurs essayer maintenant de porter votre attention sur votre corps…, de la tête jusqu’aux pieds…, tranquillement…, zone par zone…, au rythme de votre respiration…, et peut-être découvrir des zones de tensions dont vous ignoriez jusqu’alors la présence… Prendre ainsi le temps de relâcher tout ce qui peut l’être à chaque expiration… Relax…

L’essentiel, lors de vos premières séances, n’est pas de vouloir à tout prix relâcher la pression, vos pensées négatives et tout ce qui peut vous déranger, mais bien de prendre conscience de ce qui est présent en vous, puis de laisser faire le calme et la détente procurés par les exercices.

Apprendre à s’écouter, c’est aussi prendre le recul nécessaire pour développer un nouveau regard sur votre situation, loin du bruit des jugements et des personnes toxiques… Etre à l’écoute de Soi, c’est écouter ses propres envies, ses propres idées, construire plus de cohérence avec soi-même et développer ainsi davantage d’authenticité dans vos choix de vies, agir plutôt que réagir...

Entraînement Personnel

L’Apprentissage des techniques et la Répétition des séances, vont non seulement vous permettre de vous approprier les exercices appris –  en développant des automatismes qui vous aideront à mieux vous adapter face aux difficultés rencontrées – mais aussi et surtout, c’est votre entraînement personnel qui vous fera prendre conscience de votre potentiel et de vos ressources insoupçonnées.

La pratique régulière de la Sophrologie vous aidera alors à mieux vous adapter face à une situation  stressante, face à une douleur, face à vos ruminations, mais vous développerez également une nouvelle philosophie de vie, passant ainsi d’une vie qui peut être stéréotypée à une vie pleinement vécue.

Applications de la Sophrologie

  • Gestion du Stress, des émotions, des phobies
  • Gestion de la Douleur : fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde, maux de ventre…
  • Suivi post-AVC, post-Infarctus, HTA, …
  • Cancérologie, fin de vie, intervention chirurgicale, …
  • Trouble du Comportement Alimentaire
  • Gestion de la Fatigue et du Sommeil
  • Préparation à l’Accouchement, devenir Parent, Baby blues, …
  • Préparation Mentale / Sport de Haut Niveau
  • Préparation aux Examens : Brevets, Bac, Partiels, Concours, …
  • Trouble de l’Attention, Hyperactivité, …
  • Harcèlement Moral, Agression, SSPT, …
  • Développement Personnel, Confiance en Soi, projets de Vie
  • Méditation Pleine Conscience
  • et bien d’autres…

En Savoir + :

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien
  • Diplômé de l’Université Droit & Santé Lille 2
  • 06 72 54 44 00
  • Cabinet Paramédical
  • 157, rue du pont-levis
  • 59118 – Wambrechies
  • www.alexandrebauin-sophrologue.com

 

Sophrologie & Intervention Chirurgicale

Apports de la Sophrologie au Bloc Opératoire | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog

Les avancées de la Sophrologie ne cessent de progresser dans divers domaines et surtout dans le champ d’applications cliniques. Son aide est précieuse, notamment pour gérer la douleur et les émotions lors d’interventions d’urgence en SMUR et SAMU, pour accompagner les suites d’AVC et d’Infarctus du myocarde, ainsi que pour améliorer la qualité de vie en cancérologie et soins palliatifs. Dans un bloc opératoire, où le corps peut être considéré comme “une machine à réparer”, qu’en est-il du ressenti du patient ? Qu’en est-il de son vécu de l’opération ? Qu’en est-il de ses angoisses… ? Que se soit pour préparer l’intervention chirurgicale, pour gérer le stress et les émotions, ainsi que pour réduire les doses d’anesthésiques, la place de la Sophrologie en bloc opératoire prend tout son sens.

Préparation à l’intervention Chirurgicale 

Hormis l’acte chirurgical en lui-même, ce qui angoisse la plupart des personnes étant amenées à “subir” une intervention au bloc opératoire, est la peur de l’anesthésie et la peur d’avoir mal pendant mais aussi après l’intervention. En effet, qu’elle soit locale ou générale, l’anesthésie peut susciter chez la personne opérée, plus de peur que l’intervention chirurgicale elle-même. Certains peuvent effectivement avoir peur de ne pas pouvoir se réveiller après une anesthésie générale, ou avoir peur des complications postopératoires ; d’autres peuvent être angoissés à l’idée d’être opéré sous anesthésie locale, car ils seront alors conscients de ce qui se passe pendant l’opération… La peur d’avoir mal devient vite l’une des préoccupations du patient, d’autant plus si la personne est de nature anxieuse et/ou qu’elle ne supporte pas le contexte du bloc opératoire. Dans certains cas, le déroulement de l’intervention peut être perturbé, voire même retardé, par l’état de stress et d’anxiété du patient. Des complications pré et postopératoires peuvent alors survenir et s’étoffer, augmentant ainsi la durée du séjour à l’hôpital.

Apaiser et mettre en Confiance   

La Sophrologie va avant tout permettre au patient de retrouver un certain état d’harmonie et de calme profond, apaisant ainsi le stress et les angoisses liées au contexte de l’intervention chirurgicale. La répétition des séances de Sophrologie et l’entraînement personnel du patient, vont lui permettre de mieux se préparer pour cet évènement, un peu comme le ferait un athlète pour optimiser ses performances et sa maitrise de soi lors d’une compétition. Il va s’agir d’adapter son comportement, ses pensées et ses émotions, tout en développant “sa propre boite à outils” pour gérer au mieux la situation. Envisager ainsi tous les possibles tout en restant optimiste, afin d’éviter les situations d’échecs et les mauvaises surprises si cela ne devait pas se passer comme on l’avait prévu. C’est d’ailleurs le retour des femmes enceintes qui se sont préparées à vivre leur accouchement avec la Sophrologie : “C’était peut-être difficile mais cela s’est bien passé, car mentalement je m’étais déjà vu dans cette situation.” Décider de “vivre”, de s’engager, plutôt que de “subir”, va aussi vous permettre de changer votre point de vu et votre ressenti, sur ce qui vous semblait vous faire obstacle pour avancer. Les personnes préparées avec la Sophrologie, arrivent ainsi généralement calmes et confiantes au bloc opératoire, car elles ont changé la perception dont elle allaient vivre cet évènement.

Gestion de la Douleur et Sophro-Analgésie

Que se soit avec l’Hypnose ou avec la Sophrologie, en ce qui concerne la Douleur, il ne s’agit pas de l’éliminer mais bien de la rendre supportable. En effet, étant très subjective, plus on cherche à supprimer une douleur, plus on lui donne de l’importance… Il faudra alors plutôt chercher à détourner l’attention de cette douleur, en étant davantage dans le mental que dans le corps qui souffre. Bien souvent – dans le cas d’une anesthésie locale – après avoir placé le patient dans un état de détente profonde, l’idée d’un voyage est mise en place. Ce voyage, guidé par le sophrologue, accompagne le patient tout au long de l’opération et l’aide ainsi à vivre autrement ce qu’il peut ressentir au cour de cette intervention chirurgicale. Les résultats seront d’autant plus efficaces avec un patient préparé avec la Sophrologie avant son opération.

Résultats et Bénéfices

Les interventions sous Sophrologie, permettent de diminuer les sensations douloureuses de 10% à 90% selon les cas, mais il arrive que la douleur disparaisse complètement. La gestion du stress, des angoisses et de la douleur avec la Sophrologie permet non seulement d’apaiser naturellement la personne opérée, réduisant au passage les médicaments et les doses d’anesthésiques avant et pendant l’intervention chirurgicale, mais permet également d’améliorer la récupération après l’intervention, tout en réduisant les complications pré et postopératoires.

La Sophrologie : un complément de soins pour une meilleure prise en charge du patient

Encore une fois, la Sophrologie ne remplace aucunement les traitements et les suivis médicaux. Néanmoins, elle constitue une nouvelle approche dans l’accompagnement aux soins, avec une prise en charge globale du patient et reconnaissant ainsi davantage son existence en tant qu’Etre Humain – doté de sensations, de ressentis et d’émotions.

Applications de la Sophrologie au bloc opératoire

  • Gestion du Stress, des Angoisses et de la Douleur
  • Complément de l’anesthésie générale
  • Support pour l’anesthésie locale
  • Réduit les doses d’anesthésiques
  • Réduit les effets secondaires des traitements et les complications pré et postopératoires
  • Meilleure récupération et baisse des saignements
  • Optimisation de la prise en charge des soins
  • Meilleure considération du patient dans sa dimension existentielle
  • Facilite les petites interventions : endoscopie, soins dentaires, …

Fatigue et Déprime saisonnière

Astuces Mieux-être & Santé | Fatigue et Déprime saisonnière

Le changement de saison est arrivé : passage à l’heure d’hiver, baisse de la luminosité et des températures, apparition des premiers symptômes pseudo-grippaux, … Les belles couleurs de l’automne vont bientôt s’estomper pour laisser venir fatigue et déprime saisonnière. Alors comment renforcer votre organisme pour rester en pleine forme et faire le plein d’énergie tout l’hiver ?

1 – Nutrition : “je suis ce que je mange”

C’est la première étape pour rester en forme, renforcer vos défenses immunitaires et lutter efficacement contre la fatigue tout au long de l’année. “En effet, si vous ne mettez pas le bon carburant dans votre moteur, votre voiture ne risque pas d’aller bien loin…” Il en est de même pour votre organisme et votre capital santé !

Privilégiez les glucides complexes (pain complet, riz, pâtes, pomme de terre, …) car ils constituent votre principale source d’énergie et ne font absolument pas grossir !!! Sauf bien sûr si vous rajoutez trop de matières grasses comme le beurre, les sauces, le gruyère, … Pour les adeptes des régimes hyper-protéinés sans glucides, la cétogénèse est en effet freinée par l’absorption de glucides, toutefois ce type de restriction alimentaire s’effectue au grand maximum sur 6 semaines – dont 3 semaines strictes – et non toute l’année… D’autant plus qu’un apport trop faible en glucides ne fera qu’accentuer votre fatigue et affaiblira inévitablement votre organisme…

Néanmoins, si vous voulez optimiser “votre ligne”, consommez plutôt des aliments à IG bas et moyens : index glycémique inférieur à 50g de glucides pour une portion de 100g. Cela étant, pas de régime entre Octobre et Février ! Votre organisme va déjà s’affaiblir avec le froid, le manque de lumière et autres “joies de l’hiver” comme la grippe et la gastro, alors inutile de l’affaiblir davantage en réduisant vos apports caloriques… Il s’agira surtout de “Bouger” en pratiquant une activité physique et sportive, modérée et surtout régulière pour compenser les écarts. Rappelant au passage que pour perdre 1kg de masse grasse, il faut créer un déficit de 7000kcal…

Consommez des Fruits et Légumes de saison pour faire le plein de vitamines, de fibres et de sels minéraux. Vous pouvez bien entendu prendre quelques compléments alimentaires pour booster vos défenses et votre vitalité (magnésium, ginseng, vitamines C, …), néanmoins cela doit rester un complément occasionnel par rapport à une bonne hygiène de vie et une alimentation variée et équilibrée. Voici quelques fruits et légumes de saison qui pourraient vous inspirer dans la préparation de vos plats – n’hésitez pas à les rehausser avec quelques épices et aromates naturels. Si vous n’êtes pas très fans des légumes, essayez les soupes, même les sportifs de haut niveau en consomment…

Légumes : “betterave, carotte, céleri, chou-fleur, courge, épinard, fenouil, navet, poireau, potimarron, …”

Fruits : “coing, mandarine, kiwi, pamplemousse, poire, pomme, raisin, …”

2  –  Activités Physiques et Sportives : régulières et modérées

C’est bien connu : “faite du sport pour rester en forme.” Il s’agit avant tout de “Bouger”, aussi bien pour lutter contre les effets néfastes de la sédentarité, pour décompresser et améliorer votre moral, mais aussi et surtout pour renforcer davantage votre organisme et votre capital santé.

Les bénéfices du Sport sur notre Santé sont nombreux :

  • Développer et /ou maintenir une bonne condition physique
  • Participe à la gestion du stress et des émotions
  • Améliore la qualité de votre sommeil
  • Renforce notre organisme et nos défenses immunitaires

Un sommeil de bonne qualité pour une bonne récupération

7h à 9h de sommeil sont nécessaires pour permettre à votre organisme de récupérer, aussi bien sur le plan physique que mental. Si vous avez l’impression d’être fatigué tout au long de la journée, c’est que votre sommeil n’est plus réparateur. N’hésitez donc surtout pas à aller vous coucher plus tôt, faire des siestes dans la journée si cela est possible, ou tout simplement profitez de votre week-end pour ne rien faire d’autre que penser à vous et vous détendre. Il faut en effet penser à soi de temps en temps, ce n’est absolument pas égoïste, c’est juste essentiel.

3  –  La Sophrologie : une aide précieuse pour booster votre quotidien et faire le plein d’énergie !

Bien plus efficace qu’une sieste ou une simple relaxation, la Sophrologie peut vous permettre d’évacuer la fatigue et les tensions accumulées mais pas seulement…

C’est d’abord prendre du Temps pour Soi et apprendre à s’écouter : relâcher tout ce dont on a plus besoin de garder (tensions, fatigues, pensées et émotions parasites), observer et ressentir ce qui se passe pour vous, ici et maintenant, sans jugement. Puis, prendre le recul nécessaire et choisir un nouveau regard plus optimiste, tout en développant de nouvelles capacités comportementales pour mieux s’adapter face aux difficultés rencontrées.

Les bénéfices de la Sophrologie sur notre Mieux-être et notre Capital Santé sont nombreux, néanmoins en voici quelques exemples utiles pour mieux affronter ce changement de saison :

  • Gestion du stress, des émotions et états dépressifs
  • Gestion de la fatigue physique et mentale
  • Meilleure qualité du sommeil et gestion des insomnies
  • Gestion des symptômes pseudo-grippaux
  • Travail sur la motivation, l’estime et la confiance en soi
  • Gestion du comportement alimentaire

Sophrologie & Gestion des émotions

Sophrologie et Gestion des émotions | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog

Colère ? Tristesse ? Anxiété ? Déception ? Frustration ? Impulsivité ? Tout cela mijote et s’accumule à l’intérieur de vous et vous ne savez pas comment surmonter efficacement ces difficultés ? Ce mois-ci je vous parle de la gestion des émotions et de ce que la Sophrologie peut vous apporter pour soulager votre quotidien. Que ce soit dans votre vie personnelle, universitaire ou professionnelle, la Sophrologie est peut-être “La solution” qui peut vous aider à avancer encore plus loin.

Les émotions dans tous leurs états

Du latin “motio”, qui signifie “le mouvement ou action de se mouvoir”, les émotions sont des phénomènes qui impliquent par définition de se mettre en action. Tout comme le “Stress” qui nous prépare à l’action pour fuir ou pour combattre un danger, cela se traduit par des réponses neurophysiologiques qui agissent sur le Corps : transpiration, mains moites, accélération du rythme cardio-respiratoire, …

Ces émotions proviennent de notre perception et/ou de notre interprétation des évènements présents autour de nous – dans notre environnement – mais aussi et surtout en nous, c’est-à-dire en lien avec nos pensées, nos souvenirs ou encore avec des images provoquant ces réactions émotionnelles.

Néanmoins ce qui rend bien souvent compliqué le fait de pouvoir gérer calmement nos émotions, résulte de l’interaction entre notre instinct de survie, notre centre émotionnel et notre lucidité. En effet, comme le Dr. MacLean l’avait montré, nous pouvons diviser notre cerveau en trois centres de gestion :

  • “Le cerveau reptilien” ou paléo-cortex (représenté par le cervelet et le tronc cérébral), correspond au cerveau le plus primitif par rapport à l’évolution de l’Etre Humain. Il assure alors les instincts et les reflexes basiques de survie de notre organisme tel que : manger, boire, se reproduire, fuir, la connaissance du plaisir et de la peur.
  • “Le cerveau mammifère” ou le système limbique (situé au centre de notre cerveau), est le siège de la mémoire et des émotions. Il contrôle le système nerveux autonome, notamment responsable de fonctions automatiques comme le digestion et le rythme cardio-respiratoire, mais c’est aussi le centre des effets euphorisants et addictifs, comme lors de la consommation de drogues ou d’antidépresseurs…
  • Le néocortex ou cortex qui recouvre le système limbique et représente 85% du volume cérébral, est le centre de l’intelligence et de la créativité. Scindé en deux hémisphères cérébraux, le côté gauche est associé à la pensée analytique et le côté droit à la pensée synthétique.

Bonnes ou Mauvaises émotions ?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions, comme certains aiment généralement les classer en “émotions positives ou négatives”, elles existent tout simplement et sont présentes en chacun de nous.

Cependant, que ce soit dans la vie quotidienne ou dans la vie professionnelle, nous essayons tous plus ou moins de contrôler nos émotions, par pudeur, par crainte d’un jugement ou tout simplement parce que ce n’est ni le lieu, ni le moment pour exprimer ce que l’on ressent au plus profond de nous. Or si vous passer votre temps à étouffer vos émotions, toute l’énergie mobilisée pour vous “mettre en action” – ne pouvant être libérée – sera stockée dans votre organisme. Vous connaissez peut-être l’expression “ce qui ne s’exprime pas s’imprime…” et c’est bien vrai : fatigues, tensions musculaires, oppressions respiratoires, hypertension artérielle, ulcères, dépression, … Tous ces symptômes peuvent être la conséquence d’émotions fortes non-exprimées et donc stockées dans votre schéma corporel. Pour améliorer votre qualité de vie et préserver ainsi votre capital santé, il est donc essentiel d’apprendre à exprimer ses émotions plutôt que de les réprimer.

La Gestion des émotions en 3 étapes

1- Identifier

Lorsque vous n’exprimer pas vos émotions, elles restent stockées à l’intérieur de vous et engendrent des tensions, de la fatigue, des maux de tête, … La première étape va donc consister à repérer les endroits du corps où se manifestent ces émotions, puis à identifier clairement celles qui sont responsables de ces tensions.

2- Exprimer 

  • Parler à quelqu’un pour se confier, se libérer de ce qui vous pèse, vous ralenti.
  • Ecrire ce que vous ressentez, comme pour mettre une réalité sur votre vécu.
  • Evacuer physiquement les tensions en pratiquant un sport, taper sur un coussin, chanter, crier, faire de la Sophrologie…

3- Communiquer

Communiquer avec la personne qui a fait naître les émotions qui vous dérangent. C’est peut-être l’étape la plus compliquée à effectuer, néanmoins les deux règles à respecter sont :

  • de vous assurer que la personne responsable soit prête à vous écouter,
  • et d’éviter  d’accuser et de rabaisser cette personne.

Apports de la Sophrologie

Etre à l’écoute de son Corps. C’est en effet la première étape en Sophrologie. Apprendre à se déconnecter et à se déconditionner des sources de stress environnant, tout en laissant de côté les pensées parasites, pour ainsi venir se concentrer sur vos sensations corporelles. Un peu comme pour se reconnecter avec soi-même, se recentrer et prendre ainsi conscience de ce qui se passe pour vous, ici et maintenant, dans votre “Corporalité”.

Concernant les émotions, il va alors s’agir de les identifier mais aussi de repérer : Comment et Où cela se manifeste-t-il au niveau du Corps ? Quelles sensations provoquent ces émotions pour vous ? Peut-être une chaleur intense au niveau du thorax ou du ventre, comme un volcan sur le point d’exploser ? Ou bien la sensation de ne plus avoir d’énergie, avec les jambes comme du coton ? … C’est ce que l’on appelle des Phénodescriptions en Sophrologie. Cela s’effectue en fin de séance et permet de mettre des mots et une réalité sur ce qui est vécu.

Le simple fait de prendre le temps de se poser et d’être attentif à vos sensations corporelles de manière Phénoménologique, c’est-à-dire sans jugements, sans analyses, juste observer et ressentir ce qui est là, permet déjà de mettre de la distance avec vos pensées, vos interprétations et donc de retrouver une certaine lucidité, ainsi qu’un état de calme et d’harmonie dans votre schéma corporel. Une fois repérées, les zones de tensions pourront alors être relâchées ou stimulées – notamment avec l’aide d’exercices dynamiques corporels et respiratoires. Avec une pratique régulière, vous serrez capable d’évacuer plus efficacement la fatigue et les tensions musculaires accumulées par le stress et les émotions qui perturbent votre quotidien.

Percevoir et redécouvrir notre environnement avec tous nos sens. Nous avons vu que les émotions naissaient de notre perception et de notre interprétation des évènements présents autour de nous, mais aussi en nous. Après la maîtrise et la détente du Corps avec les exercices de RD1 (Relaxation Dynamique du 1er degré, axée sur le Corps), la Sophrologie poursuit le travail avec son 2ème degré (RD2), qui inclut la redécouverte des canaux sensoriels  – la vue, l’ouïe, l’odorat, … – ainsi que la maîtrise du Mental et de nos capacités imaginatives illimitées.  Ce travail permettra par la suite de développer des techniques spécifiques utilisées notamment dans la préparation à des évènements anxiogènes, retrouver confiance en soi, ou encore pour gérer des phobies.

Entraînement Personnel Régulier Indispensable. J’insiste encore ici sur l’importance de la pratique personnelle et régulière de la Sophrologie, surtout si vous débutez sa pratique. Cela va non seulement vous permettre de recevoir tous ses bienfaits, mais aussi et surtout de développer vos propres ressources et vos capacités à gérer plus efficacement les difficultés rencontrées. Au fil des entraînements vous pourrez alors espacer vos pratiques et ainsi les utiliser en cas de besoin.

Se ressourcer en pleine Nature

Astuces Mieux-être & Santé | Se ressourcer en pleine Nature

Nouveauté sur Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien le blog :

En plus des articles mensuels sur la Sophrologie, vous retrouverez désormais des astuces “Mieux-être & Santé” pour optimiser votre qualité de vie et votre bien-être au quotidien. Je commence ce mois-ci avec les bienfaits de la Nature et des espaces verts pour vous ressourcer et faire une pause, prendre du recul loin de la routine et du stress, mais aussi et surtout pour prendre soin de vous.

Baisse de motivation ? Irritabilité ? Difficultés à trouver le sommeil ? La fatigue et le stress ont retrouvé votre quotidien ? La quiétude et le calme des vacances d’été peuvent alors vous sembler bien loin.

C’est donc le moment de profiter encore un peu de la douceur du soleil et des couleurs agréables de l’Automne, surtout si vous habitez en ville. En effet, bitume, travaux, pollution, ou autres nuisances citadines ne sont pas de tout repos pour votre organisme et votre Capital Santé. Il n’y a pas qu’en vacances qu’il faut prendre du temps pour soi, c’est tout au long de l’année ! Je vous l’accorde, savoir s’écouter et prendre soin de soi n’est pas chose facile, car nous sommes relativement vite emportés par la routine, le rythme de vie et les tracas du quotidien. Néanmoins, à plus ou moins long terme, c’est bien notre organisme qui nous rappelle à l’ordre. Alors n’hésitez plus et “mettez-vous au vert” au moins une fois dans la semaine.

Les bienfaits de la Nature et des Espaces verts sur notre Capital Santé

Santé Mentale : baisse du niveau de stress, des angoisses et des états dépressifs, sentiment d’apaisement en lien avec le végétal, meilleure gestion de la fatigue, évacuation plus efficace des émotions négatives en lien avec des personnes toxiques et/ou des situations anxiogènes.

Santé Physique : pratiquer une activité physique en pleine nature participe à lutter contre la sédentarité, mais aussi et surtout contre les maladies cardiovasculaires.

Santé Globale et Mieux-être : sentiment de Bien-être général, se sentir en meilleure forme, moins d’exposition à la pollution et aux nuisances sonores des villes, améliore l’estime et la confiance en soi, développement personnel, meilleure créativité, …

Quelques exemples d’activités pour se Ressourcer en pleine Nature

Randonnées et Marches Méditatives dans les parcs urbains : Profitez de ce moment de calme et de détente pour apprécier le paysage avec tous vos sens. Tout en marchant, relâchez au maximum tout ce qui peut l’être, débarrassez-vous des tensions et des pensées inutiles, effectuez quelques respirations calmes et profondes, … et Relax… Après cette marche, vous pouvez également faire une pause, assis sur un banc, afin de contempler et d’apprécier davantage le paysage naturel, comme pour ancrer et mémoriser chaque sensation agréable pour vous. Peut-être même pratiquer un brève séance de Sophrologie

Activités Physiques et Sportives modérées : vélo, course à pieds et marche nordique. Idéal pour allier le côté sportif à la détente en Nature, en rappelant au passage qu’il n’est pas nécessaire d’être essoufflé ou éreinté pour ressentir la détente après l’effort. En effet, lorsque vous pratiquez une activité physique et sportive, vous libérez naturellement de l’endorphine – hormone du bonheur, du plaisir – dès que vous atteignez 60% de vos capacités aérobies. Pour cela, vous devez être capable de parler pendant l’effort et de maintenir votre activité physique sur au moins 45 à 60 minutes.

Jardinage : profitez de l’Automne pour apprécier encore un peu des couleurs et des senteurs de votre jardin. Si vous ne disposez pas de jardin, il existe également de nombreuses variétés de plantes d’intérieur, afin d’avoir votre petit coin de Nature chez vous.

A vous de jouer !

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien D.U.
  • Préparateur Physique, Mental et Nutritionnel
  • Sur RDV : 06 72 54 44 00 
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-levis 
  • 59118 Wambrechies (10 mins de Lille)
  • Interventions à domicile et en Entreprise
  • www.alexandrebauin-sophrologue.com

Sophrologie & Yoga

Sophrologie et Yoga | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog

Vous connaissez certainement le Yoga, peut-être même vous l’avez déjà pratiqué dans une salle de sport ou une association, pour gérer votre stress et travailler votre souplesse. Néanmoins, peu de personnes connaissent réellement le Yoga sous sa forme authentique et traditionnelle né il y a plus de 5000 ans, avec ses concepts, ses mouvements philosophiques et sa compréhension de l’Etre Humain. C’est dans cette forme traditionnelle du Yoga que la Sophrologie puise ses origines, avec bien entendu un travail sur le Corps, le Mental et la Respiration, mais aussi et surtout avec ses valeurs et sa transmission du savoir, dans la maîtrise de soi et la quête de l’épanouissement personnel. Ce mois-ci, je vais donc vous montrer les liens entre le Yoga traditionnel et la Sophrologie, dont les champs d’applications cliniques ne cessent de progresser : gestion de la Douleur, suivi post-AVC, interventions SMUR et bien d’autres.

Le Yoga

De la racine “Yug”, en terme sanskrit le Yoga se définit comme “ce qui unit”. Cette discipline multimillénaire issue du bassin de l’Indus – fleuve d’Asie qui aurait donné son nom à l’Inde – s’appuie notamment sur six systèmes philosophiques dont le “SAMKHYA” qui est considéré comme le doctrine du Savoir et de la Connaissance. Cette doctrine est une analyse méthodique et scientifique qui vise la compréhension de l’Etre Humain et de l’Univers.

Le Yoga s’est également construit autour de constatations simples et universelles :

  • Le souhait de tout être humain d’échapper aux limitations.
  • La quête permanente du bonheur, jamais totalement satisfaite par les “savoirs, les avoirs et les pouvoirs”.
  • La notion de conflit interne entre sensations, pensées et émotions.
  • La mise en jeu de trois propriétés : l’Inertie (TAMAS), le Dynamisme (RAJAS) et l’Equilibre (SATTVA).

Par un ensemble de techniques de réintégration et d’union, le Yoga propose ainsi à l’être humain de se découvrir expérimentalement afin d’accéder à “l’Unité”, à “sa vraie Nature” et donc à l’accomplissement de Soi.

Les différents types de Yoga

Il existe autant de formes de Yoga traditionnels qu’il existe de Maîtres qu’ils l’enseignent. Néanmoins en voici quelques exemples :

Le Karma Yoga (yoga de la vie et de l’action désintéressée), le Bhakti Yoga (yoga de la dévotion et de l’amour), le Jnana Yoga (yoga de la connaissance et du savoir), le Yoga Nidra (yoga du sommeil), ou encore pour les plus connus le Asthanga Yoga et le Hatha Yoga.

Le Yoga et Caycedo : Liens avec la Sophrologie

C’est essentiellement le Hatha Yoga qui va inspirer Alfonso Caycedo dans l’élaboration des bases de la Sophrologie, notamment pour construire le premier degré de sa Relaxation Dynamique (RD1) et développer ses techniques pour maîtriser le corps, les pensées et les émotions. Ces bases fondamentales vont permettre – entre autres – de gérer la Douleur, le Stress et améliorer la Qualité de Vie au quotidien.

“Ha” (Soleil) et “Tha” (Lune), Hatha signifie également “effort obstiné”, le Hatha Yoga vise l’Equilibre et l’Harmonisation de ces deux énergies – masculine et féminine – présentes en chacun de nous. Caycedo va essentiellement retenir du Hatha Yoga :

  1. Yama = la maîtrise de Soi, être en accord avec le monde et soi-même.
  2. Asanas = Postures, parfait équilibre physique par le contrôle du corps.
  3. Pranayama = la Respiration, contrôle du souffle, de l’énergie vitale.
  4. Dharana = la Concentration.
  5. Dhyana = Méditation Contemplative issue du Yoga Bouddhiste.

Ce qui va marquer profondément Caycedo dans le Yoga est surtout l’importance du Corps, aussi bien pour notre capacité à le maîtriser, que pour développer davantage de CONSCIENCE par le Corps. En effet, le Yoga vise “l’éveil” à d’autres plans de conscience, avec la notion de “présence” et de “lâcher-prise”. Néanmoins Caycedo observe également les contraintes du Yoga liées au maintient de postures prolongées, surtout pour des personnes présentant des difficultés de mobilité et des troubles articulaires. Il décide alors d’adapter les exercices et les postures au monde Occidental, en préférant notamment la posture assis sur une chaise et préservant ainsi les genoux, les hanches et le dos des patients qu’il accompagne. L’Adaptabilité va donc également faire partie des bases fondamentales de la Sophrologie pour que tout le monde puisse en recevoir les bienfaits.

Une pratique régulière pour plus d’autonomie et de bienfaits

La Science et le monde de la Santé ne cessent de prouver les bienfaits des approches holistiques  et naturelles – telle que la Sophrologie Clinique – en complément des traitements médicaux traditionnels. Ces approches “Corps-Esprit” constituent l’évolution des soins en Médecine, considérant ainsi davantage le patient dans sa globalité : c’est-à-dire avec ses pensées, ses sensations et ses émotions. L’avantage de la Sophrologie est qu’elle dispose non seulement d’un large ensemble de techniques, qui s’adaptent à chacun et pour de nombreux champs d’applications, mais aussi et surtout, elle transmet l’autonomie pour optimiser votre qualité de vie au quotidien.

Comme un enfant qui apprend à marcher, c’est la pratique régulière qui va lui permettre d’avancer tout seul. Bien sûr il y aura des chutes et des échecs, mais qu’est-ce que la marche si ce n’est une succession de déséquilibres nécessaires pour avancer…

La pratique régulière de la Sophrologie a donc trois objectifs :

  1. Maîtriser les techniques apprises afin de mieux vous les approprier.
  2. Développer des automatismes et une meilleure autonomie, pour affronter plus efficacement les difficultés rencontrées.
  3. Prendre davantage de recul sur ce qui se passe pour vous, en passant d’une vie qui peut être stéréotypée à une vie pleinement vécue.

Applications de la Sophrologie Clinique :

  • Gestion de la Douleur : Fibromyalgie, Arthrose, Polyarthrite Rhumatoïde, …
  • Suivi post-AVC, accompagnement Sclérose en Plaque (SEP), …
  • Suivi post-Infarctus, Hypertension Artérielle (HTA), …
  • Accompagnement et Qualité de Vie : Cancers, Dépression, fin de vie, …
  • Gestion du Stress et des émotions, Fatigues et troubles du Sommeil
  • Préparation à l’Accouchement, Opérations Chirurgicales, …
  • Gestion du Comportement Alimentaire, …
  • et bien d’autres…

Hypercontrôle et Lâcher-prise

Laissez l’hypercontrôle et découvrez le lâcher-prise avec la Sophrologie | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Obstination ? Impulsivité ? Tendance à vouloir tout contrôler ? Difficultés à gérer les critiques et les échecs rencontrés ? Et vous avez du mal à faire une pause et à décompresser ? En cette période estivale, c’est donc le moment de prendre davantage de recul sur votre situation et peut-être même de vous remettre en question. Ce mois-ci, je vous parle de la notion du “lâcher-prise” et de l’aide précieuse que la Sophrologie peut vous apporter pour évacuer la pression et vous épanouir dans votre vie quotidienne.

Le Lâcher-prise

C’est d’abord accueillir le fait de ne pas pouvoir tout contrôler dans la vie : la météo, les accidents, les imprévus, vieillir, le comportement de personnes toxiques, … Tous ces petits tracas peuvent peser sur votre quotidien, mais aussi et surtout sur votre capital santé : stress, ruminations négatives, irritabilité, trouble du sommeil, ulcères, hypertension, … Un peu comme le ferait “une cocotte-minute sans soupape”, si vous ne laissez pas la pression s’échapper, cela finira par exploser d’une façon ou d’une autre.

Mais attention, cela ne veut pas dire pour autant se laisser aller et ne rien faire pour changer une situation qui vous déplait, une situation qui vous paraît difficile à gérer, une situation qui vous semble injuste malgré tous vos efforts. Il s’agit alors d’agir plutôt que de réagir. Cela implique de prendre le temps de la réflexion, sans se laisser emporter par nos pensées parasites et nos émotions négatives – qui aboutissent inexorablement à des comportements inadaptés face à la situation rencontrée.

Il y a toujours plusieurs chemins pour arriver à une destination, mais parfois il est nécessaire de prendre plus de hauteurs, plus de recul, pour les apercevoir. Aborder une difficulté avec un nouveau regard, une posture différente, vous permettra de prendre davantage conscience des autres possibilités qui s’offrent à vous et ainsi de choisir au mieux le parcours qui vous semble le plus adapter pour continuer l’aventure et vous éviter bien des regrets.

Le lâcher-prise c’est donc aussi une capacité à prendre du recul pour développer un point de vue plus optimiste sur votre situation, afin de pouvoir trouver de nouvelles stratégies pour gérer au mieux ce qui vous fait obstacle pour avancer.

Tout cela aboutit à l’essence même du lâcher-prise :  accueillir ce qui est là, être dans “l’ici et maintenant”, mais surtout d’en avoir pleinement conscience, afin d’éviter de rester tourné vers ce qui s’est déjà passé ou ce qui pourrait éventuellement se produire. Car en effet, comme le dit très bien l’écrivain Gilles Farcet : “Quoi que mon mental prétende, je me trouve là où sont mes pieds.”

Le lâcher-prise c’est être pleinement vivant dans l’instant présent tout en laissant passer les pensées parasites, pour vous permettre d’accéder à ce qui vous est essentiel. Un peu comme si vous pouviez faire un arrêt sur image, en observant tout simplement ce qui est là autour de vous, mais aussi en vous. Vous pouvez d’ailleurs vous poser la question : Qu’est-ce qui m’est essentiel dans ma vie, ici et maintenant ? Une fois cette prise de conscience réalisée, vous pourrez accepter l’abandon de tout contrôler, l’abandon d’une direction sans issue ou tout simplement d’une pensée parasite. Cet abandon est surtout un engagement de s’abandonner à la Vie, comme le fait en toute confiance un enfant dans les bras de ses parents.

Bien sûr le lâcher-prise n’est pas chose facile et n’est pas non plus permanent une fois atteint, notamment parce que nous devons tous composer avec les hauts et les bas présents dans notre quotidien. Néanmoins, même dans l’obscurité la plus profonde, il y a toujours une lueur qui finit par se dévoiler…

Hypercontrôle ? Difficultés à lâcher prise ? Pourquoi ?

1- Peur de perdre le contrôle :  peur d’être jugé et de ne pas être aimé

Cela peut être lié à un manque de Confiance en Soi et une difficulté à s’ouvrir aux autres en rapport avec de mauvaises expériences passées, généralement au cours de l’enfance et/ou de l’adolescence. Prendre conscience de vos limites et de vos capacités personnelles, avec vos qualités et vos défauts, peut vous aider à réaliser de petits défis que vous pensiez jusqu’alors irréalisables. Il s’agira dans tous les cas de “faire de son mieux” tout en laissant de côté “les mauvaises langues” – qui ne font que projeter leur propre réalité et leurs frustrations sur vous.

2- Peur de l’inconnu

Courant chez les anxieux, nous avons très souvent tendance à développer des ruminations négatives, à anticiper ce qui pourrait se passer en imaginant parfois le pire : “et si …, et si …” La recherche d’informations – qui fait partie des stratégies de “coping” dans la gestion du Stress et de l’Anxiété – peut vous être utile pour vous décider à tenter l’expérience.

3- Le Perfectionnisme et l’Ego : “Moi je”

Trait de personnalité qui entretient l’anxiété et l’hypercontrôle. Il s’agira de prendre conscience que, bien que nous soyons tous différents, nous faisons tous partis d’un même ensemble :  l’Humanité. Arrêter de prendre le “Moi” comme référence n’enlèvera en rien votre authenticité, bien au contraire, vous en prendrez même davantage conscience tout en étant soulagé de la pression qui pouvait peser sur vos épaules.

4- Vider ses aprioris et ses jugements

“Pour remplir une tasse qui est déjà pleine, il faut d’abord pouvoir la vider…” Nous sommes tous plus ou moins formatés avec notre éducation, nos croyances et nos références. Plus ces aprioris seront ancrés en vous, plus il sera difficile de les vider pour acquérir de nouvelles connaissances et développer un nouveau point de vue plus éclairé. Bien souvent, ce sont les épreuves de la vie qui nous font prendre du recul et réaliser qu’il est nécessaire d’agir pour changer ce qui est là. Tout nouvel apprentissage demande toujours du temps pour être acquis et maîtrisé, néanmoins il n’est jamais trop tard pour apprendre…

Comment développer le lâcher-prise avec l’aide de la Sophrologie ?

Apprendre à “faire une Pause” et à se détendre dans “l’ici et maintenant”

La Sophrologie va d’abord vous faire prendre conscience de votre Respiration et de votre “Corporalité”, notamment en ressentant les différentes zones de tensions et de relâchement présentes dans votre Schéma Corporel. Même si vous n’arrivez pas à tout relâcher la première fois, le plus important est de prendre conscience de ce qui est là en vous : tensions, pensées, émotions, tout cela sans jugements ni analyses, juste observer et ressentir ce qui est là. Plus les blocages seront résistants, plus il faudra du temps pour les débloquer. Néanmoins si vous pensez être prêt(e) pour faire l’expérience, cela peut aller relativement vite pour ressentir les premiers bienfaits.

Apprendre à laisser passer les pensées parasites et les émotions négatives

Afin d’enrayer “la spirale du Stress et de l’Anxiété” – ce que je ressens, ce que je pense, ce que je fais – il est essentiel de revenir au Corps et à la Respiration. Les exercices et les techniques spécifiques du 1er degré de la Relaxation Dynamique (RD1), pourront alors vous aider à libérer les tensions accumulées ainsi qu’à mettre plus de distances avec vos émotions négatives et vos pensées parasites. Une fois le corps et l’esprit maîtrisés, vous pourrez aussi vous initier à la méditation – troisième degré en Sophrologie (RD3) – sans crainte d’être dérangé par vos pensées et vos émotions.

Apprendre à ne pas juger et à respecter

Lorsque vous pratiquez régulièrement la Sophrologie, vous apprenez à observer et à ressentir ce qui est là, sans jugement, sans analyse, prendre tout simplement conscience des sensations et des phénomènes présents dans l’ici et maintenant. Il s’agit de Phénoménologie, qui est l’une des bases fondamentales de la Sophrologie, c’est-à-dire décrire et ressentir avec la suspension du jugement. Mettre son jugement entre parenthèses “l’époké” – peut vous aider à développer davantage de respect envers les personnes qui vous entourent, envers vous-même, ainsi qu’envers la vie qui vous a été offerte.

Développer son authenticité, ses valeurs et de nouvelles compétences

Le premier cycle fondamental de la Sophrologie – créé par le Pr. Alfonso Caycedo – avec ses 4 premiers degrés (RD1 à RD4), constitue déjà un bon entraînement personnel pour prendre conscience du potentiel et des ressources dont vous disposez déjà en vous. Parfois il faut juste un déclic, une phrase, une sensation, une personne bienveillante, pour vous aider à soulager votre fardeau et écarter les difficultés qui vous empêchent d’avancer sur votre chemin. Bien entendu la Sophrologie n’est pas la seule approche qui peut vous apporter les moyens pour vous sentir mieux et découvrir le lâcher-prise. Néanmoins elle constitue un formidable outil pour acquérir de nouvelles compétences comportementales en matière de développement personnel et de maîtrise de Soi. Sa pratique régulière vous permettra de gérer plus efficacement les obstacles rencontrés, en développant notamment une “Philosophie de Vie” positive et un profond sentiment de “Mieux-Etre” et de “Mieux-Vivre” au quotidien.

  • Alexandre Bauin – Sophrologue Praticien D.U. / 06 72 54 44 00
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-Levis – 59118 Wambrechies
  • http://www.alexandrebauin-sophrologue.com
  • Séances individuelles et en petits groupes
  • Sur RDV au cabinet, à domicile, dans votre entreprise

 

Sophrologie et Sclérose en Plaque

Mieux vivre la Sclérose en Plaque avec la Sophrologie

Première cause de handicap sévère non traumatique qui touche essentiellement les trentenaires, la Sclérose en Plaque concerne près de 80 000 personnes en France. Bien qu’actuellement aucun traitement ne peut encore guérir une Sclérose en Plaque, les progrès ne cessent d’avancer avec notamment une approche globale et pluridisciplinaire de la maladie. Ce mois-ci, je vais donc vous montrer l’aide précieuse que la Sophrologie peut apporter pour “mieux vivre” la Sclérose en Plaque au quotidien.

Qu’est-ce que la SEP ?

La Sclérose en Plaque (SEP) est – au même titre que la polyarthrite rhumatoïde ou le diabète de type 1 – une maladie auto-immune qui va s’attaquer ici au système nerveux central (SNC) de l’individu et plus particulièrement à sa myéline. On parle alors de maladie neurodégénérative. Cette myéline est une substance qui forme une sorte de gaine protectrice autour des nerfs, afin notamment d’isoler mais aussi d’optimiser la transmission de l’influx nerveux. Dans une SEP, la destruction des cellules de myéline va créer des lésions sous forme de “plaque” dispersées dans le SNC – qui contient le cerveau, le bulbe rachidien et la moelle épinière avec ses nerfs. Selon leur localisation et leur importance, ces lésions vont plus ou moins endommager la transmission de l’influx nerveux et engendrer ainsi différents symptômes d’une personne à l’autre, pouvant aller jusqu’au handicap. C’est une “maladie des jeunes adultes”, puisqu’en effet l’apparition de la SEP se déclenche essentiellement entre 20 et 40 ans, avec une majorité de femmes (66%) dans les personnes atteintes. Néanmoins, cette maladie peut survenir à tout âge de la vie.

Symptômes, Causes et Diagnostic

Les symptômes de la SEP peuvent varier d’une personne à l’autre, car ils vont principalement dépendre de la localisation des lésions ainsi  que de leur importance. Voici néanmoins quelques symptômes pouvant se manifester et se développer :

  • Troubles de la vision
  • Troubles cognitifs, mémoire, attention, …
  • Troubles moteurs, faiblesses musculaires, déséquilibre
  • Perte de sensibilité, fourmillement, engourdissement
  • Troubles de l’humeur, fatigue, dépression
  • Douleurs avec sensations de décharges électriques à différents endroits du corps
  • Troubles digestifs, constipations, …

Actuellement la cause de la SEP n’a toujours pas été clairement identifiée, mais on sait que ses origines sont multifactorielles, avec une part de prédisposition génétique (dans 30% des cas) et de facteurs environnementaux – notamment avec le rôle de certaines infections (virus et bactéries), le manque de vitamines D (pas assez d’ensoleillement) ou encore le tabagisme.

Le diagnostic d’une SEP est souvent long à poser et doit se faire avec beaucoup de prudence, car les symptômes présentés peuvent aussi dépendre d’autres maladies. Pour confirmer une SEP, il faut généralement attendre la survenue de deux épisodes de poussées de la maladie, ou avoir constaté une évolution progressive des symptômes sur une période de six mois.

Evolution, Traitements et Prise en charge

La SEP peut avoir plusieurs formes, notamment en raison des différents symptômes qui varient d’une personne à l’autre, de l’évolution de la maladie, ainsi que de son impact sur la qualité de vie de l’individu.  Néanmoins, la maladie évolue par poussées (85% des cas) ou de manière progressive. Dans les deux cas, les séquelles peuvent aboutir à l’apparition d’un handicap pouvant s’aggraver avec une perte d’autonomie et forcer ainsi la personne à se déplacer en fauteuil roulant.

Actuellement, il n’existe encore aucun traitement pour guérir d’une Sclérose en Plaque, mais de très nets progrès ont été réalisés pour réduire les symptômes et prévenir les poussées de la maladie. Les traitements vont donc essentiellement consister à :

  • Soulager les  symptômes
  • Réduire la fréquence, la durée et l’intensité des poussées
  • Eviter les complications liées à l’immobilité
  • Apporter une aide pour la Qualité de Vie

La prise en charge doit donc être pluridisciplinaire en complément du suivi médical avec neurologue et médecin traitant, incluant notamment kinésithérapeute, neuropsychologue et sophrologue.

Apports de la Sophrologie

Gestion du Stress et de Emotions / Confiance et Estime de Soi / Mieux-être

Accompagnement pour un handicap qui peut au début ne pas se voir. En effet, étant généralement jugé selon notre apparence, tant que l’individu n’est pas dans un fauteuil roulant “tout va bien”… Cela peut d’ailleurs aussi se rencontrer dans certains suivis post-AVC, où les séquelles ne sont pas forcément visibles physiquement. L’incompréhension de la plupart des gens envers un handicap qui peut ne pas se voir, peut engendrer une source de Stress, un sentiment de mal-être ou de mise à l’écart chez la personne atteinte.

De plus, les réactions face au Stress peuvent amplifier les symptômes de la maladie, avec notamment des réponses neurobiologiques inadaptées pouvant affecter le système immunitaire et endocrinien. La Sophrologie est donc une aide précieuse dans cette maladie auto-immune, avec la transmission de puissants outils en matière de gestion du Stress et des émotions, de maîtrise de soi et de développement personnel. Sa pratique régulière permet d’acquérir une conscience plus harmonieuse de notre schéma corporel et une philosophie de vie positive, laissant alors de côté tout ce qui peut nuire à notre bien-être et venir ainsi se concentrer sur l’essentiel.

Gestion de la Douleur / Accompagnement aux Traitements / Qualité de Vie

Gestion des poussées, meilleur acceptation des traitements et des effets secondaires. Bien que les traitements soient en nette progression avec une prise en charge globale plus confortable et pus efficace, la Sophrologie peut apporter son aide dans la phase de récupération après les poussées de la maladie, avec une meilleure gestion de la fatigue et de la douleur, ainsi qu’un accompagnement dans le déroulement des traitements et une gestion des effets secondaires.

Aide au traitement des troubles cognitifs qui apparaissent souvent dès le début de la maladie, avec notamment des troubles de la concentration et de la mémoire, ainsi que la difficulté à réaliser certaines tâches du quotidien. Ce qui peut vite poser problème aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle. Des techniques spécifiques comme les “Sophro-Mnésies” ou encore “l’Objet Neutre”, participeront à réduire ces troubles de la mémoire et de la concentration, ainsi qu’entretenir les capacités mentales et cognitives de l’individu.

Redéploiement Existentiel / Développement Personnel

La Sclérose en Plaque est une maladie qui peut être difficile à gérer d’autant plus qu’elle apparaît principalement pour des jeunes adultes avec des projets de vie personnels et professionnels en pleine construction. La Sophrologie va alors permettre de venir vous recentrer sur vous-même, en développant davantage de sensations agréables, votre capacité à vous sentir bien et prendre pleinement conscience de vos valeurs qui vous définissent et vous tiennent à cœur. C’est une prise de recul qui s’offre à vous pour développer un nouveau regard sur votre situation – avec ou sans handicap – mieux s’adapter face aux difficultés rencontrées et ainsi pouvoir envisager l’avenir avec plus de “Confiance, d’Harmonie et d’Espoir” pour continuer à avancer vers la notion de “Mieux-Etre” et du “Mieux-Vivre” au quotidien.