La Sophrologie pour les Etudiants

Sophrologie et Milieu Universitaire : comment booster votre réussite ?

Le printemps est arrivé et c’est déjà la dernière ligne droite pour les révisions, les examens de fin d’année et peut-être même pour la rédaction du mémoire ou de la thèse de fin d’études. Les niveaux de stress et de fatigue s’intensifient en cette période de fin d’année universitaire, sans parler des questionnements sur l’emploi une fois diplômé… Alors comment éviter les notions d’échec, d’angoisse voire même de dépression en milieu universitaire ? Ce mois-ci je vous montre ce que la Sophrologie peut apporter dans ce milieu universitaire, pour les étudiants mais également pour les enseignants.

Sources de stress et de mal-être chez l’étudiant

La vie étudiante est une étape très enrichissante et pleine d’expériences qui marque aussi la transition entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte. Cette période incontournable de la vie, remplie d’insouciance et d’espoir peut rapidement devenir une étape difficile à gérer face aux diverses sources de stress et de mal-être auxquelles les jeunes étudiants peuvent être confrontés.

Indépendance et isolement : Cela peut très bien se passer pour la plupart des jeunes étudiants, néanmoins la première source de stress et de mal-être rencontrée dans la vie universitaire reste encore les contraintes liées à l’indépendance et à l’isolement. En effet, cette nouvelle expérience loin du “cocon familial” – à priori sans gravité – peut vite placer l’étudiant dans un contexte qu’il ne maîtrise pas encore, un environnement où il n’a pour l’instant pas développer les ressources nécessaires pour y faire face et donc être synonyme de stress et de mal-être.

Motivation et concentration : Le rythme de travail en milieu universitaire n’a rien en commun avec celui du lycée, surtout en ce qui concerne les concours pour les grandes écoles ou encore pour les cycles de longues études. La motivation et la concentration peuvent vite s’émousser, d’autant plus que dans la plupart des cas les logements universitaires n’excèdent pas les 9 à 12 m², environnement plutôt anxiogène qui n’incite pas vraiment à rester enfermé entre quatre murs pour réviser et s’épanouir dans la vie étudiante.

Situation économique et sociale :  Sans aides financières extérieures, la vie étudiante est très vite compliquée, non seulement pour le coût des études mais aussi pour la vie de tous les jours. La plupart des étudiants doivent en plus de leurs études trouver du temps pour effectuer un “job étudiant” afin de combler leurs sources de revenus.

Gestion du temps : Premier facteur de stress et de dépression dans le monde du travail, il est déjà fortement présent dans la vie étudiante, surtout en ce qui concerne le rythme souvent éreintant de certaines études comme en médecine. Fatigue, stress et irritabilité sont alors fréquemment rencontrés et les moyens à disposition pour gérer cette pression ne sont pas forcément les plus adaptés.

Pression des résultats : Plus la fin des études se rapproche et plus la pression peut augmenter, car en effet ce n’est pas tant la réussite aux examens qui peut préoccuper les étudiants mais bien celle de l’avenir professionnel et du monde du travail, où dans certains cas l’attente de résultats est permanente… Le fait d’avoir les “bons outils” pour gérer son stress, ses émotions et s’épanouir sur le plan personnel n’est donc pas négligeable pour bien commencer dans la vie active.

Place de la Sophrologie à l’Université

Tout d’abord, peu importe le domaine d’application et la problématique choisis, la Sophrologie permet avant tout la possibilité de se poser réellement, en prenant du temps pour soi, mettant de côté tout ce qui peut déranger, se détendre profondément et surtout d’en avoir conscience. Les tensions physiques et psychologiques s’évacuent d’abord avec l’aide d’exercices corporels et respiratoires dynamiques, laissant ainsi une plus grande place au calme et à la détente. Puis un travail sur la confiance en soi et la réussite peut alors être abordé avec notamment des visualisations positives, tout en prenant conscience de nos capacités et de tous les possibles qui s’offrent à nous.

Le plus dur reste encore le premier pas à faire, chasser les a-priori, oser tenter l’expérience et se laisser aller au “lâcher-prise”. Pour ma part, travaillant également en milieu universitaire, j’accompagne des étudiants mais aussi des enseignants avec la Sophrologie depuis plus de 10 ans. Au départ, certains étaient sceptiques, d’autres plutôt curieux, mais pour celles et ceux qui ont tenté l’expérience jusqu’au bout des séances, les bénéfices obtenus se sont appliqués non seulement dans le cycle de leurs études mais également dans leur vie quotidienne.

Les séances peuvent s’effectuer en individuel ou en petit groupe, mais de manière générale la demande principale est “la gestion du stress et la préparation aux examens”. Voici néanmoins les axes de travail et les bénéfices obtenus avec la mise en place de la Sophrologie en milieu universitaire :

  • Gestion du stress et des émotions
  • Gestion du trac pour parler en public
  • Travail sur l’estime et la confiance en soi
  • Prise de recul et développement personnel
  • Gestion de la fatigue et récupération
  • Développer son assertivité et l’aspect relationnel
  • Travail sur la concentration et le recentrage
  • S’affirmer dans ses choix d’orientation professionnelle
  • Accompagnement à la réussite

Me Contacter

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien D.U.
  • 06.72.54.44.00.
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-levis à Wambrechies 
  • www.alexandrebauin-sophrologue.com

Intervention à domicile possible, en individuel ou en petit groupe.

Sophrologie et Phénoménologie Existentielle

Apprendre à Vivre pleinement votre Vie avec la Sophrologie Phénoménologique et Existentielle | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Avant les années 1960, dans le milieu Psychiatrique il n’était pas question de considérer le patient comme une personne ayant des émotions, des ressentis ou des états d’âmes. Les traitements utilisés étaient essentiellement médicamenteux, laissant ainsi totalement de côté l’aspect humain et existentiel pour soigner le patient. Pourtant, il est évident que nous ne sommes pas des machines dépourvues d’émotions, de ressentis et de sensations. Certaines personnes – comme HEIDEGGER – ont ouvert la voie des Sciences Sociales et de la Phénoménologie pour une meilleure prise en charge du patient, plus globale et avec toutes les dimensions de son Etre. Afin de comprendre les origines et l’Essence de la Sophrologie de CAYCEDO, il est essentiel de s’intéresser de plus près à la Phénoménologie.

Rencontre avec la Phénoménologie Existentielle

Après avoir créé la Sophrologie sous la direction de son premier mentor le Pr. Lopez Ibor, Alfonso Caycedo rencontre en 1963 celui qui va être son second mentor : le Pr. Ludwig Binswanger, qui n’est autre que le père de la Psychiatrie Phénoménologique en créant l’Analyse Existentielle. Mais avant d’aller plus loin, retraçons ensemble l’Histoire de la Phénoménologie.

Qu’est-ce que la Phénoménologie ?

“La Phénoménologie est l’étude descriptive d’un phénomène ou d’un groupe de phénomènes tels qu’ils apparaissent dans l’expérience qu’on en a, sans référence à quelque réalité dont ils seraient la manifestation.” Il s’agit en fait de décrire tout simplement les phénomènes présents sans jugement, ni analyse, juste observer et ressentir ce qui est là, dans l’ici et maintenant.

1- Révélée par HEGEL (1770-1831), avec la Conscience de Soi, de la Pensée, du Monde, la Phénoménologie commence avec la Conscience Individuelle et l’Histoire de la Conscience.

2- Développée par HUSSERL (1859-1938) et MERLEAU PONTY (1908-1961), la Phénoménologie s’est ensuite construite respectivement avec “la Réduction Phénoménologique” et “la perception de Soi, comme si c’était la première fois que l’on vivant l’expérience.” La Réduction Phénoménologique consiste en 3 étapes :

  • Le retour à la chose elle-même
  • La suspension du jugement (l’épokhé, en grec)
  • La mise ente parenthèse du Phénomène

Pour résumer en quelques mots, il s’agit de vivre des expériences de manière brute, c’est-à-dire sans analyse et dans la pluralité des sensations, être davantage présent à ce qui se passe ici et maintenant, un peu comme en méditation.

3- La dimension Existentielle a été apporté par Martin HEIDEGGER (1889-1976), qui attache tout particulièrement l’importance à l’Etre :  “le Dasein”, ce au sein de quoi l’Homme déploie tout son Etre. Il crée ainsi l’Analytique Existentielle en Psychiatrie, mettant ainsi au premier plan l’importance du vécu des patients dans leur traitement mais aussi dans leur Existence.

4- Nous arrivons ensuite à Ludwig BINSWANGER (1881-1966), fondateur de la Phénoménologie Existentielle, en créant l’Analyse Existentielle qui n’est autre que l’analyse de la manière qu’a le patient d’être présent au monde. Caycedo a été l’un de ses derniers élèves pendant plus de deux ans et les enseignements de Binswanger vont considérablement l’influencer dans la construction méthodologique de la Sophrologie. Il faut également savoir que même si Binswanger était ami avec FREUD, il était complètement opposé à ses idées, notamment en critiquant “le monstrueux concept antiscientifique du Moi, au sens d’un Moi individu absolu, sans Monde et sans Toi” et propose ainsi son approche fondée sur l’Amour. Opposé au transfert psychanalytique, bien différent de l’empathie et de la neutralité bienveillante, Caycedo va suivre Binswanger et formuler ainsi l’idée d’Alliance Sophronique en utilisant le “Nous” dans la relation qui s’établi avec ses patients.

Heidegger parlait du “Dasein” pour désigner ce au sein de quoi l’Homme déploie tout son Etre, Binswanger va reprendre ce terme en le traduisant par “la Présence” que le sujet a de soi-même avec sa capacité dévolution. Dans cette continuité Caycedo va également reprendre cette “Présence” en incluant davantage “les phénomènes vécus” et ainsi créer le terme de “Vivance”, pour désigner le fait de “Vivre des phénomènes ressentis dans la présence de tout son Etre.”

5- Alfonso CAYCEDO (1932-2017), va ainsi créer la Sophrologie Phénoménologique Existentielle, qui permet par sa pratique régulière “le redéploiement de la Conscience pour Exister, l’ouverture de la Conscience à tous les phénomènes de l’Existence, pour que chacun, muni de ce qu’il est vraiment, muni de ce qui ressort de lui authentiquement – avant même la transformation liée aux représentations anciennes – puisse avoir l’opportunité de vivre tel qu’il est et non de glisser à la surface de la Vie sans la déchiffrer.” Il s’agit alors, par l’expérimentation et la Vivance des phénomènes, de développer davantage de Conscience et passer ainsi d’une vie stéréotypée à une Vie pleinement vécue.

La Sophrologie : le dévoilement d’une Nouvelle Existence

La Sophrologie a donc apporté à la Phénoménologie moderne, des méthodes capables d’induire des phénomènes et de pouvoir les répéter et de les vivre, “pour que l’Existence de l’Homme s’éveille et s’anime à la lueur de ces phénomènes qui viennent de son Etre.” La Sophrologie est , avant tout, une méthodologie amenant la Vivance et fondée sur :

  • La suspension du jugement (l’épokhé)
  • L’intentionnalité (ce qui se dégage de phénomènes)
  • Le développement d’une Conscience  Nouvelle

Caycedo a ainsi conçu la Sophrologie comme une profession inspirée de la Phénoménologie. Elle est fondée sur une Méthode d’Entraînement Existentiel, qui se divise en 12 degrés de pratique (RD1 à RD12) répartis en Trois Cycles d’Entraînement, dont les deux premiers  sont inspirés de la Réduction Phénoménologique de Husserl. Le troisième Cycle d’entraînement s’ouvre à l’Existence positive de l’Etre et à la conquête des Valeurs de l’Existence.

Bien plus qu’une Méthode, la Sophrologie est également un apprentissage au “Mieux-Vivre”, c’est-à-dire vivre de manière Authentique, loin des jugements et des conditionnements du quotidien, apprendre à s’écouter et à prendre pleinement Conscience de notre potentiel et de tous les Possibles qui s’offrent à Nous.

Si vous vous sentez prêt pour tenter l’expérience, je serai ravi de pouvoir vous accompagner à développer vos propres ressources et vous aider ainsi  à aller encore plus loin – et à votre rythme – sur le chemin du Mieux-être et du Mieux-Vivre au Quotidien.

Contact

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien D.U.
  • tel : 06.72.54.44.00.
  • Cabinet Paramédical 157, rue du pont-levis à Wambrechies
  • http://www.alexandrebauin-sophrologue.com
  • Dans un cadre apaisant et loin du Stress à seulement 10 mins de Lille

Traiter les Troubles Anxieux par la Sophrologie

La Sophrologie pour Faire Face aux Troubles Anxieux | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Attaque panique ? Crise d’angoisse ? Phobie ? Stress aigu ou chronique ? Trouble d’anxiété généralisée ? Impression de flotter, d’être perdu dans vos pensées et vous ne savez pas comment vous en sortir ?

La prise en charge d’une anxiété pathologique s’accompagne d’un traitement médicamenteux, mais elle doit aussi être psychologique et comportementale. Car en effet, bien qu’efficaces, les anxiolytiques et antidépresseurs vont incontestablement temporiser les symptômes ressentis, mais ils ne peuvent à eux-seuls traiter l’origine psychologique du mal-être vécu par le patient. De plus, la prescription de ces médicaments doit se faire avec beaucoup de prudence, notamment pour les risques d’abus d’utilisation mais aussi de dépendance… Parfois il faut savoir arrêter le traitement et penser à d’autres alternatives…

A mi-chemin entre les Thérapies Psychanalytiques et les Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles (TCCE), la Sophrologie se révèle être un atout de choix dans le traitement des troubles anxieux. Ce mois-ci, je vous montre alors l’importance de prescrire la Sophrologie dans le traitement des troubles anxieux.

L’Anxiété, c’est normal ?

Bien entendu ! Au même titre que la Colère, la Tristesse, ou la Joie, l’Anxiété est une émotion que nous possédons naturellement. Elle nous permet même de détecter un danger et de nous préparer à l’Action, c’est-à-dire, fuir ou combattre face à ce danger. D’où les symptômes ressentis comme l’accélération du rythme cardiaque, la respiration courte et oppressée, la transpiration, ou encore la baisse du niveau de lucidité afin de diriger toute notre concentration et notre énergie vers notre instinct de survie. L’Anxiété vient donc compléter le Stress comme facteur dans ce Processus d’Adaptation face au danger.

Néanmoins, l’Anxiété peut devenir pathologique à partir du moment où elle devient trop envahissante dans le processus d’adaptation du sujet dans son environnement. Les tâches du quotidien, ainsi que les relations avec votre entourage et votre environnement peuvent alors être perturbées, affectant aussi bien votre vie personnelle que professionnelle. Si les symptômes ressentis persistent dans le temps et continuent à affecter votre vie quotidienne, une prise en charge avec votre médecin traitant et des spécialistes est indispensable.

Traitements des Troubles Anxieux

Chaque trouble anxieux est différent et répond à un traitement spécifique. Bien souvent, plusieurs troubles peuvent être associés entre eux, d’autant plus que plusieurs symptômes vont avoir tendance à se ressembler. Une démarche méthodique et précise du diagnostic est donc primordiale, pour définir le traitement le plus adapté et ainsi accompagner au mieux le patient dans sa pathologie.

Pour citer quelques-uns de ces troubles anxieux, nous retrouvons : le Trouble Panique, le Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC), le Trouble d’Anxiété Généralisée (TAG), le Syndrome de Stress Post-Traumatique (SSPT), le Syndrome de  Stress Aigu, ou encore l’Agoraphobie, la Phobie Sociale et les Phobies spécifiques, sans parler des troubles anxieux liés à la consommation de substances ou à une maladie.

Dans la prise en charge des troubles anxieux et en parallèle des traitements médicamenteux et des thérapies psychanalytiques, les thérapies comportementales ont fait leurs preuves et ont évolué par vagues successives :

  1. Première vague dans les années 1960 : les Thérapies Comportementales
  2. Deuxième vague dans les années 1980 :  les Thérapies Cognitives
  3. Troisième vague dans les années 2000 :  les Thérapies Emotionnelles

La Sophrologie : une prise en charge dans toutes les dimensions de l’Etre

Née dans les années 1960, par le Pr. Alfonso CAYCEDO – médecin neuropsychiatre – la Sophrologie, qui était alors utilisée dans le traitement des névroses et de certaines psychoses, a également évoluée dans ce sens en créant dans les années 1990 les cycles Radical et Existentiel (RD5 à RD12). Son approche Phénoménologique et Existentielle inscrit la Sophrologie dans la continuité de ces Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles, constituant même aujourd’hui sa quatrième vague.

La Sophrologie va permettre aux patients phobiques et anxieux :

  1. de devenir autonomes et acteurs dans leur propre traitement, avec la transmission de techniques et d’un savoir-faire pratique pour gérer leurs symptômes ;
  2. d’agir en profondeur sur l’origine de cette anxiété, de ce mal-être, en prenant davantage en compte l’individu dans sa globalité avec ce qu’il ressent dans l’ensemble de son Schéma Corporel, c’est-à-dire dans ses dimensions physiques, psychiques, comportementales et émotionnelles ; mais aussi et surtout en développant un Etat de Conscience plus harmonieux par l’Entraînement des différentes Relaxations Dynamiques présentes en Sophrologie (RD1 à RD12), passant ainsi d’une Conscience Pathologique à une Conscience Ordinaire et même davantage ;
  3. au delà de la gestion du stress et de l’anxiété, d’apprendre à Mieux-Vive et à Mieux-Etre au quotidien, passant ainsi – par une approche Phénoménologique et Existentielle – d’une vie qui peut être stéréotypée à une vie pleinement vécue.

Comment ça marche ?

La Spirale du Stress et de l’Anxiété. Il faut d’abord rappeler ici les étapes de cette spirale infernale qui sont : “ce que je Ressens”, “ce que je Pense” et “ce que je Fais”. Etant principalement dans les pensées et les ruminations négatives, les personnes phobiques et anxieuses vont d’une part, rarement être à l’écoute de leurs sensations corporelles et d’autres part, se laisser facilement emporter par ces pensées anxieuses anticipatoires. Cette perte de contrôle va inévitablement engendrer des comportements inadaptés face à la situation rencontrée, renforçant au passage le mal-être ressenti et nourrir ainsi davantage les interprétations négatives.

Avec un retour au Corps et à ses sensations, la Sophrologie va avant tout permettre de casser cette spirale du stress et de l’anxiété, non seulement en mettant plus de distance avec les Pensées négatives et en stoppant les Comportements inadaptés, mais aussi en évacuant la fatigue et les tensions accumulées par le Stress avec des exercices corporels et respiratoires dynamiques, d’où le terme “Relaxation Dynamique (RD)”. Une fois la gestion des symptômes maîtrisée, il vous sera plus facile de gérer vos pensées et ainsi de développer de meilleures stratégies pour Faire Face aux défis rencontrés.

Une Approche Phénoménologique et Existentielle. Le but n’est pas d’être complètement détendu lors des séances de Sophrologie, mais bien de prendre Conscience de ce qui est présent en vous, vivre vos sensations sans jugements, ni analyses, juste observer et ressentir ce qui est là, ici et maintenant. Cette “Vivance” des phénomènes ressentis, loin des conditionnements, des croyances et des interprétations, va progressivement vous permettre de prendre plus de recul sur votre situation et ainsi d’avoir Conscience de vos propres Valeurs et de ce qui est Essentiel pour vous.

Découverte, Conquête, Transformation. Plus vous allez pratiquer la Sophrologie, avec votre sophrologue mais aussi par vous-même, plus vous développerez des automatismes et un savoir-faire pour gérer les situations anxieuses et autres défis qui se présentent à vous. Les personnes pratiquant régulièrement la Sophrologie en ont fait – par réflexe – une véritable Philosophie Positive de Vie. Cela ne veut pas dire pour autant voir uniquement le côté positif, mais bien de prendre Conscience de tous les Possibles qui s’offrent à vous et ainsi de choisir le chemin qui vous semble le plus cohérent pour continuer à avancer dans la Vie.

 

Sophrologie & Equitation


La Sophro-Equitation : une alliance parfaite avec son cheval pour remporter la victoire
| Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

L’Equitation fait partie du Top 3 des sports les plus pratiqués en France, avec plus de 663000 licenciés, juste derrière le Foot et le Tennis. Néanmoins, c’est le seul sport où l’athlète, même bien préparé, dépend directement des performances de son partenaire : son Cheval. Inutile de vous préciser la différence de poids et de puissance entre l’athlète et sa monture… Dans un rapport de force, c’est toujours le cheval qui gagne… Les cavaliers peuvent alors être confrontés à des appréhensions liées à la perte de contrôle de leur cheval et ressentir ainsi la peur de la chute ou de se blesser. Comment gérer en plus le stress et les imprévus des grandes compétitions ? Ce mois-ci, je vous parle alors de l’aide précieuse que la Sophrologie peut vous apporter dans le domaine de l’Equitation et plus particulièrement dans la discipline du saut d’obstacles aussi appelée “le Jumping”.

La Sophrologie et le Sport de Haut Niveau

Un peu d’histoire : de la Sophrologie Clinique au Sport de Haut Niveau

Née dans les années 1960 par le Pr. Alfonso CAYCEDO – médecin spécialisé en neuropsychiatrie et neurochirurgie, la Sophrologie a d’abord été créée dans le but d’étudier les différents Etats et Niveaux de la Conscience Humaine. Au fil des années, la Sophrologie s’est enrichie de diverses disciplines comme notamment avec le Yoga pour apprendre la maîtrise du Corps, le Bouddhisme pour la maîtrise du Mental et la prise de conscience de nos capacités, ou encore avec la Phénoménologie Existentielle et la Méditation pour apprendre le non-jugement, apprendre à Vivre Pleinement l’instant présent et ainsi développer plus d’Authenticité et de Cohérence dans nos choix.

La Sophrologie s’est ensuite développée en France dans les années 1980 avec la Préparation à l’Accouchement, notamment pour gérer le Stress et la Douleur, mais également avec la Préparation Mentale pour les sportifs de Haut Niveau, afin d’optimiser leurs performances et d’acquérir une meilleure Maîtrise de Soi. De nos jours, nombreux sont les Champions Olympiques qui utilisent la Sophrologie, même chez nos chers cavaliers français…

L’état de Flow : la performance optimale

Dans le Sport Compétitif, plus le niveau de performances est élevé, plus les qualités mentales de l’athlète sont déterminantes pour gérer la pression et remporter la Victoire. En effet, si vous ne savez pas gérer votre concentration, vos pensées et vos émotions en compétition, vous ne risquez pas d’aller bien loin face à vos concurrents, d’autant plus s’ils se sont bien préparés mentalement… Que ce soit dans le monde du travail ou dans le sport de haut niveau, la performance optimale se réalise toujours entre routine et excitation.

Le Jumping en Equitation en est un bon exemple. En effet, si vous êtes trop relâché ou trop tendu dans votre posture, dans vos trajectoires, dans votre vitesse…, vous risquez très certainement d’être mal placé face à l’obstacle, de faire tomber la barre et d’accumuler ainsi les points de pénalités. De plus, faut-il rappeler que – de par sa nature craintive – votre cheval ressent directement votre stress et vos émotions… Si vous ne maîtrisez pas la situation, notamment en lui transmettant de bonnes informations avec “Calme et Confiance”, il risque très certainement de vous le faire savoir, en laissant au passage s’envoler vos chances de victoire.

La Sophro-Equitation : pour Moi et pour mon Cheval

Apprendre la Maîtrise et la Confiance en Soi

Avant même de parler des bénéfices de la Sophrologie pour le Jumping, il faut d’abord apprendre à dompter votre stress et vos émotions. Pour cela, en Sophrologie, la première étape est d’apprendre à être davantage à l’écoute de votre Corps et de vos sensations. Non seulement pour apprendre à repérer et à relâcher plus facilement les manifestations du stress au niveau corporel, mais aussi, en tant que sportif, pour vous aider à vous débarrasser plus efficacement des tensions inutiles qui parasitent votre performance sportive. Ce travail vous aidera à mieux vous connaître, à développer votre confiance en vous, tout en prenant conscience de vos capacités de Réussite.

Optimisation des performances 

Une fois le corps maîtrisé, la préparation mentale peut alors commencer, en apprenant à mieux gérer vos pensées, en travaillant davantage votre concentration et votre mémorisation, ainsi que votre visualisation mentale pour mieux maîtriser votre parcours et remporter ainsi la victoire. Votre anticipation et vos réflexes en seront décuplés. En découvrant votre parcours lors de la compétition, vous aurez plus de facilités pour anticiper le prochain obstacle, visualiser plus facilement vos trajectoires, ajuster davantage votre posture, tout en gérant plus rapidement les imprévus. Plus vous allez vous entrainer mentalement à imaginer votre parcours avec de bonnes sensations, plus vous développerez une bonne coordination et de bons réflexes lors de votre compétition.

Alliance et Harmonie avec votre Cheval

Vous le savez sans doute déjà, les chevaux sont naturellement craintifs mais aussi curieux. Ils ont besoin de calme, de confiance et de sons doux pour être en harmonie avec eux-mêmes et leur environnement. Si votre cheval ressent votre stress, l’information qu’il va percevoir est qu’il existe un danger quelque part. La Sophrologie va alors vous aider à développer davantage d’harmonie avec votre cheval, non seulement en apprenant à mieux le comprendre et mieux ressentir ce qu’il peut éprouver, mais également en lui transmettant votre confiance et votre capacité à vous détendre. En effet, lors des grandes compétitions, divers facteurs peuvent être relativement stressants pour votre cheval : bruits, écrans géants, ambiance, … Le fait de vous sentir “Calme, Concentré et Confiant”, va l’aider à atténuer ses craintes, à développer davantage votre relation de confiance réciproque – votre “Alliance” – et ainsi vous placer dans les meilleures conditions pour remporter la Victoire. Vous retrouverez pour cela, diverses techniques et différents degrés de pratique dans la Sophrologie. Néanmoins, mieux que de longs discours, pour comprendre et intégrer la Sophrologie, rien ne vaut le fait de la pratiquer régulièrement.

Me contacter

  • Alexandre BAUIN, Sophrologue Praticien D.U. et Préparateur Mental
  • tel : 06.72.54.44.00. / site web : www.alexandrebauin-sophrologue.com 
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-levis, 59118 Wambrechies
  • Dans un cadre apaisant à seulement 10 mins de Lille
  • + de 10 ans d’expériences dans l’accompagnement de Sportifs de Haut Niveau
  • Remboursement directement auprès de votre Mutuelle de Santé

Sophrologie, Bien-être et Dérives…


Eviter les Dérives dans la pratique de la Sophrologie
| Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Vous avez peut-être déjà testé la “Sophrologie” lors d’une séance découverte, dans votre faculté, lors d’un évènement “Bien-être”, avec votre prof de Yoga, ou encore dans des spas et des salons de beauté… ? Si lors de ces séances vous étiez tout le temps allongés, avec peut-être de la musique douce, dans une ambiance tamisée avec des bougies, voire même avec des massages aux huiles essentielles… Cela devait être très relaxant…, mais alors je doute que vous ayez réellement pratiqué de la Sophrologie… Afin d’éviter toutes dérives ou croyances erronées, je vous rappelle ce mois-ci les points essentiels à savoir sur la pratique de la Sophrologie, ainsi que sur ses applications.

La Sophrologie : retour aux origines

Aide aux traitements des névroses et des psychoses

Il faut avant tout rappeler qu’à l’origine, la Sophrologie a été créée dans les années 1960 par le Pr. Alfonso CAYCEDO – (1932 – 2017) médecin neuropsychiatre et neurochirurgien – pour proposer une nouvelle approche dans le traitement des névroses, mais aussi pour certains de ses patients psychotiques. Née des études sur les différents “Etats et Niveaux de Conscience”, de l’Analyse Existentielle, mais aussi de la Phénoménologie, la Sophrologie va mettre au centre de sa méthode l’importance du Corps et de ses ressenties, pour harmoniser et développer davantage de Conscience par le Corps, notamment avec des exercices corporels et respiratoires dynamiques.

En effet, contrairement à une simple Relaxation passive, qui aurait plutôt tendance à renforcer les troubles anxieux chez les patients dépressifs, la Sophrologie se propose dynamique pour les stimuler de façon positive et efficace. Il s’agira en fait d’amener la réflexion par les sensations corporelles vécues au cours de la séance et de manière phénoménologique, c’est-à-dire, sans jugement, ni analyse, juste observer et ressentir ce qui est présent, dans l’ici et maintenant.

Dans le traitement des troubles anxieux, la pratique régulière de la Sophrologie a non seulement permis de réduire progressivement le dosage de certains traitements – comme les anxiolytiques, les antidépresseurs, ou encore les somnifères – mais cela a également donné l’occasion aux patients de devenir acteur dans leur propre traitement, tout en développant leur autonomie dans la gestion de leur état de mieux-être général.

La Relaxation Dynamique (RD) en 12 degrés de pratique

Suite aux voyages effectués en Inde, au Thibet et au Japon, Caycedo va construire sa méthode autour des 3 premiers degrés de ce qu’il appelle alors “Relaxation Dynamique”, notamment pour la différencier d’une simple Relaxation passive, où la posture allongée favorise plutôt l’endormissement qu’un véritable travail en Conscience. Pour cette raison, la Sophrologie se pratique essentiellement debout et/ou assise, la posture allongée étant réservée pour des techniques de relaxation ou pour des cas particuliers.

1er Cycle Fondamental (RD1 à RD4)

Le 1er degré (RD1) : se pratique alors avec des exercices corporels et respiratoires inspirés du Yoga – sans les contraintes liées aux postures – pour apprendre à maîtriser davantage le Corps et ses ressentis. Les exercices et les techniques spécifiques de ce 1er degré, permettront déjà de gérer efficacement les manifestations du stress et des émotions au niveau corporel, ainsi que développer nos capacités à gérer la douleur.

Le 2nd degré (RD2) : inspiré du Bouddhisme pour sa notion de Contemplation, se pratique avec des visualisations mentales, mais également avec un travail sur les 5 sens, notamment pour élargir davantage notre espace de Conscience à l’environnement qui nous entoure. C’est aussi l’occasion de réaliser l’entendu de nos capacités imaginatives illimitées, ainsi que de nos ressources insoupçonnées. Les projections mentales permettront notamment de mieux se préparer pour affronter un futur évènement stressant, gérer une phobie, ou encore envisager positivement, mais aussi avec tous les possibles, des questionnements liés à notre avenir.

Le 3ème degré (RD3) : une fois les deux premiers degrés réalisés et intégrés, avec la maîtrise du corps, des pensées et des émotions, l’accès à la Méditation va permettre ce que l’on nomme “la rencontre Corps/Esprit”. C’est un peu comme une sorte d’unité profonde avec notre Etre, prenant ainsi davantage conscience des interactions entre nos pensées, nos émotions et notre corps. Ce lien corps-esprit a déjà été prouvé par la science, notamment avec les maladies psychosomatiques et les divers impacts de nos pensées et de nos émotions sur notre santé physique et mentale. La pratique de ces 3 premiers degrés, permet une prise de recul sur les difficultés rencontrées, avec un nouveau regard, loin de toutes critiques et interprétations, passant ainsi d’une vie stéréotypée à une vie pleinement vécue.

Le 4ème degré (RD4) complètera par la suite ce 1er cycle Fondamental, avec un travail sur les Valeurs fondamentales de l’Etre, très efficace notamment pour la Confiance en Soi et le redéploiement Existentiel.

Avec le temps, Caycedo a complété la Sophrologie en la déployant en 3 cycles d’entraînement composés de 4 degrés chacun, soit 12 degrés au total (RD1 à RD12).

NB : Il n’est pas obligatoire de réaliser les 12 degrés de pratique pour atteindre vos objectifs, néanmoins si vous désirez approfondir votre pratique de la Sophrologie à plus ou moins long terme, les cycles Radical (RD5 à RD8) et Existentiel (RD9 à RD12) peuvent vous apporter beaucoup dans votre développement personnel et votre philosophie de vie.

Applications de la Sophrologie

  • Problématiques et symptômes autour du stress et des émotions : troubles anxieux, état dépressifs, insomnies, harcèlement moral, …
  • Gestion de la douleur : polyarthrite rhumatoïde, arthrose, brulures, céphalées, Fibromyalgie, …
  • Comportement alimentaire et troubles digestifs : TCA, obésité, colopathie fonctionnelle, …
  • Qualité de Vie : accompagnement Cancers, suivi post-AVC, post-infarctus, Sclérose En Plaque, …
  • Préparation mentale pour les sportifs, optimisation des performances, meilleure récupération et gestion des blessures
  • Développement personnel, confiance en soi, …
  • Et bien d’autres

Quelles Formations ?

Plusieurs formations ou écoles existent pour devenir sophrologue, néanmoins il n’y a pas plusieurs sortes de Sophrologie, à partir du moment où les enseignements sont ceux de Caycedo, avec notamment le 1er Cycle Fondamental (RD1 à RD4).

Le plus important est d’avoir un minimum de 2 à 3 années de formations, car c’est la durée nécessaire pour maîtriser, assimiler et pratiquer les enseignements de la Sophrologie, avant de pouvoir les transmettre de façon professionnelle et sans dérives dans une relation d’aide.

Attention aux dérives

En cas de doutes – et cela vaut pour toute profession – n’hésitez surtout pas à vous renseigner sur les diplômes et formations de la personne qui vous accompagne. Bien des dérives ont eu lieu avec des personnes non-formées et/ou malintentionnées, alors prudence… !

Concernant les professions libérales, vous pouvez par exemple consulter le site http://www.societe.com afin de vérifier si cette personne est bien déclarée, dans quelle catégorie et depuis combien de temps. Toutefois, cela concernant essentiellement les professions libérales, l’expérience en tant que salarié ou antérieur à l’activité libérale, ne sera donc pas prise en compte.

L’Alliance : une relation de Confiance

Comme tout professionnel qui se respecte, il est indispensable de continuer à se former pour mettre à jour et compléter ses connaissances, mais c’est aussi et surtout avec les différentes expériences rencontrées dans notre parcours que nous forgeons et enrichissons nos compétences personnelles et notre savoir-faire.

Une question de “Feeling”

Néanmoins, le savoir-être, tout comme l’empathie, ne s’apprend pas dans une formation… Un accompagnement en Sophrologie, comme dans toutes relations d’aide, c’est aussi une question de “feeling”. En effet, si vous ne vous sentez pas bien avec la personne qui vous accompagne dans cette relation d’aide, n’hésitez pas à changer.

 

Sophrologie & Ostéopathie

Deux Approches Complémentaires pour une Prise en charge Globale du Patient | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Tensions ? Douleurs ? Stress ? Troubles digestifs ? Préparation à l’accouchement ? Sport de haut niveau ? … Voila quelques exemples de problématiques que l’on peut retrouver aussi bien en séances de Sophrologie que d’Ostéopathie. Alors pourquoi ne pas allier ces deux disciplines ? Ce mois-ci, je vous présente donc les liens entre ces deux disciplines complémentaires, pour une prise en charge globale et pluridisciplinaire du patient.

Je profite de cette occasion pour vous annoncer ma collaboration avec Marion JANNIN, Ostéopathe D.O. – installée sur Wambrechies et Frelinghien – qui vous présente ici en quelques mots l’Ostéopathie et ses différents principes.

Qu’est-ce que l’Ostéopathie ?

L’Ostéopathie est une approche manuelle préventive et curative qui consiste – dans une compréhension globale du patient – à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d’en altérer l’état de santé.

Il s’agit alors de remettre en mouvement les structures du corps (os, articulations, ligaments, muscles, tendons, viscères…) afin de libérer la circulation sanguine et lymphatique, mais aussi pour favoriser les échanges métaboliques et l’interrelation des différentes parties de votre corps.

Le Concept Ostéopathique

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : “La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.” L’Ostéopathie s’accorde avec cette définition car selon son concept, la santé représente la parfaite adaptation de l’organisme à son environnement. L’attention de l’ostéopathe doit donc se porter tout autant sur l’environnement du patient que sur son organisme à proprement parler.

Les 3 grands Principes du Concept Ostéopathique

1- L’Unité du Corps

L’Ostéopathie considère l’individu dans sa totalité. Une partie du corps atteinte signifie un déséquilibre de l’harmonie du corps entier. Le traitement doit donc s’appliquer à retrouver non seulement la fonction de la partie atteinte, mais aussi l’équilibre du corps entier. L’homme étant un tout, mais aussi un élément du tout, l’ostéopathe tient compte dans son diagnostic et dans son traitement, de l’environnement de son patient, notamment ses conditions de vie et d’hygiène de vie (alimentaires, environnementales, …).

2- La Structure gouverne la Fonction

Les structures du corps et les fonctions qu’elles doivent remplir sont interdépendantes. Il faut une intégrité de notre charpente afin de conserver la liberté de mouvement de nos tissus. Dès qu’une structure qui compose le corps humain commence à perdre de la mobilité, la fonction qu’elle est censée remplir pleinement est perturbée et/ou diminuée, entraînant ainsi un trouble fonctionnel et vice versa.

3- Le Corps possède ses propres mécanismes d’Auto-régulation

Pour l’Ostéopathie, la tendance naturelle du corps est le retour à l’équilibre. Le corps doit avoir en lui les moyens de retrouver cet équilibre, soutenu par un environnement et une alimentation adaptée. Le corps a donc la capacité de s’auto-réguler et de s’auto-guérir afin de maintenir un équilibre face aux différentes altérations de l’organisme. L’ostéopathe, par ses manipulations, permet de stimuler et d’accompagner cette auto-guérison en levant les pertes de mobilité.

Liens et Apports de la Sophrologie

Une approche globale du patient

Cela va être le premier grand lien entre Ostéopathie et Sophrologie. En effet, lorsqu’un patient nous évoque un symptôme, nous allons bien entendu le traiter – en fonction de nos spécialités respectives – mais nous allons également prendre en compte son environnement, son mode de vie, incluant ainsi son alimentation, sa qualité de sommeil, son niveau de Stress…

Accorder davantage d’importance au Vécu et au Ressenti du Patient

La Sophrologie va compléter cette approche globale, d’abord en offrant un espace d’écoute attentive sur ce que vit le patient et comment cela se manifeste-t-il pour lui. En effet, ce n’est pas parce que le Mal-être ne se voit pas forcément qu’il n’existe pas… Combien de personnes vous ont-t-elles dit : “Tu n’as rien donc c’est dans la tête”… ? Il va ensuite y avoir un travail d’harmonisation du Schéma Corporel, qui inclut non seulement le corps, mais aussi les pensées, les émotions ainsi que notre comportement face à une situation vécue.

Tensions, Douleurs et Stress

Les tensions et les douleurs sont généralement liées – de près ou de loin – au Stress vécu et aux émotions accumulées, surtout lorsqu’il n’y a pas de traumatismes physiques ou autres pathologies qui pourraient expliquer ces symptômes. Si vous êtes toujours tendu malgré les séances d’Ostéopathie et que vous n’arrivez pas à lâcher-prise, un suivi avec la Sophrologie peut alors vous être utile, non seulement pour modifier votre manière de penser et mieux adapter votre comportement, mais aussi pour développer davantage de sensations agréables et optimiser ainsi votre état de Bien-être général.

Auto-régulation du Corps

La Sophrologie s’inscrit également dans ce principe d’Auto-régulation, en développant notamment de nouvelles capacités pour gérer la douleur, le stress et les émotions. Selon les cas, les techniques apprises en Sophrologie vont permettre de réduire le dosage de médicaments, notamment pour traiter les troubles anxieux et états dépressifs (antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères, …) ou encore pour gérer une douleur comme dans les crises d’arthrose et de polyarthrite rhumatoïde. Attention, il n’est pas question d’arrêter vos traitements en cours…!! Néanmoins, la Sophrologie constitue une aide complémentaire et un confort dans votre qualité de vie au quotidien.

Autres problématiques communes

L’Ostéopathie et la Sophrologie forment également un excellent duo, notamment dans l’accompagnement d’une grossesse, mais aussi dans la prise en charge de sportifs de haut niveau. La liste est non-exhaustive, alors n’hésitez pas à nous joindre pour plus d’informations.

Contactez-nous :

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien D.U.
  • 06 72 54 44 00 / www.alexandrebauin-sophrologue.com 
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-levis à Wambrechies (59118)
  • Marion JANNIN – Ostéopathe D.O.
  • 06 30 36 39 00 / www.marionjannin-osteopathe.com
  • Cabinet Paramédical 1224, rue d’Ypres à Wambrechies (59118)
  • et 38 Place des Combattants à Frelinghien (59236)

 

Je découvre la Sophrologie

Apprendre à se ressourcer et à s’écouter avec la Sophrologie | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Vous êtes de plus en plus nombreux à entendre parler de la Sophrologie et à vouloir tenter l’expérience, notamment pour apprendre à gérer votre Stress et vos émotions, ou tout simplement pour “faire une Pause” dans votre quotidien. Néanmoins le déroulement d’une séance de Sophrologie et l’étendue de ses applications restent encore assez méconnus du grand public. Ce mois-ci, je vous explique alors en quelques mots, comment fonctionne la Sophrologie et pourquoi la répétition des exercices va vous aider à atteindre vos objectifs et plus encore…

Découverte de la Sophrologie : mes premières séances

Comment ça marche ?

Cela va peut-être vous surprendre, mais la Sophrologie se pratique rarement allongée – sauf cas particuliers, ou lors d’utilisation de techniques de Relaxation comme “le training autogène de Schultz” et la relaxation progressive de Jacobson”. La spécificité de la Sophrologie repose alors avant tout sur la pratique régulière – débout et/ou assis – d’exercices corporels et respiratoires, présents dans les différents degrés de la Relaxation Dynamique (RD1 à RD12) créée par le Pr. Alfonso CAYCEDO (1932-2017), médecin neuropsychiatre et neurochirurgien, fondateur de la Sophrologie Existentielle.

 Les premières séances de Sophrologie vont donc être axées sur un retour au CORPS avec ses SENSATIONS, afin de mettre de la distance avec nos pensées parasites et nos émotions négatives, qui nous mènent bien souvent vers des comportements inadaptés ; mais aussi et surtout pour développer davantage de CONSCIENCE de ce qui se passe pour nous, sans jugement, sans analyse, juste observer et ressentir ce qui est présent en nous et autour de nous, dans l’ici et maintenant.

En effet, lorsque vous pensez à une situation stressante ou désagréable, comment cela se manifeste-t-il pour vous, au niveau du corps ? Peut-être par des tensions au niveau du ventre, du cou ou de la mâchoire ? Peut-être cela se passe-t-il au niveau de votre peau, en démangeaisons ou en psoriasis ? Peut-être c’est votre système digestif qui est perturbé ou votre tête qui semble être sur le point d’exploser ? Comment cela se passe-t-il pour vous ?

Apprendre à s’écouter

C’est la première étape, prendre davantage conscience de votre corps et de vos ressentis, en repérant ainsi les différentes zones de tensions afin de mieux pouvoir les relâcher. Vous pouvez d’ailleurs essayer maintenant de porter votre attention sur votre corps…, de la tête jusqu’aux pieds…, tranquillement…, zone par zone…, au rythme de votre respiration…, et peut-être découvrir des zones de tensions dont vous ignoriez jusqu’alors la présence… Prendre ainsi le temps de relâcher tout ce qui peut l’être à chaque expiration… Relax…

L’essentiel, lors de vos premières séances, n’est pas de vouloir à tout prix relâcher la pression, vos pensées négatives et tout ce qui peut vous déranger, mais bien de prendre conscience de ce qui est présent en vous, puis de laisser faire le calme et la détente procurés par les exercices.

Apprendre à s’écouter, c’est aussi prendre le recul nécessaire pour développer un nouveau regard sur votre situation, loin du bruit des jugements et des personnes toxiques… Etre à l’écoute de Soi, c’est écouter ses propres envies, ses propres idées, construire plus de cohérence avec soi-même et développer ainsi davantage d’authenticité dans vos choix de vies, agir plutôt que réagir...

Entraînement Personnel

L’Apprentissage des techniques et la Répétition des séances, vont non seulement vous permettre de vous approprier les exercices appris –  en développant des automatismes qui vous aideront à mieux vous adapter face aux difficultés rencontrées – mais aussi et surtout, c’est votre entraînement personnel qui vous fera prendre conscience de votre potentiel et de vos ressources insoupçonnées.

La pratique régulière de la Sophrologie vous aidera alors à mieux vous adapter face à une situation  stressante, face à une douleur, face à vos ruminations, mais vous développerez également une nouvelle philosophie de vie, passant ainsi d’une vie qui peut être stéréotypée à une vie pleinement vécue.

Applications de la Sophrologie

  • Gestion du Stress, des émotions, des phobies
  • Gestion de la Douleur : fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde, maux de ventre…
  • Suivi post-AVC, post-Infarctus, HTA, …
  • Cancérologie, fin de vie, intervention chirurgicale, …
  • Trouble du Comportement Alimentaire
  • Gestion de la Fatigue et du Sommeil
  • Préparation à l’Accouchement, devenir Parent, Baby blues, …
  • Préparation Mentale / Sport de Haut Niveau
  • Préparation aux Examens : Brevets, Bac, Partiels, Concours, …
  • Trouble de l’Attention, Hyperactivité, …
  • Harcèlement Moral, Agression, SSPT, …
  • Développement Personnel, Confiance en Soi, projets de Vie
  • Méditation Pleine Conscience
  • et bien d’autres…

En Savoir + :

  • Alexandre BAUIN – Sophrologue Praticien
  • Diplômé de l’Université Droit & Santé Lille 2
  • 06 72 54 44 00
  • Cabinet Paramédical
  • 157, rue du pont-levis
  • 59118 – Wambrechies
  • www.alexandrebauin-sophrologue.com

 

Sophrologie & Intervention Chirurgicale

Apports de la Sophrologie au Bloc Opératoire | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog

Les avancées de la Sophrologie ne cessent de progresser dans divers domaines et surtout dans le champ d’applications cliniques. Son aide est précieuse, notamment pour gérer la douleur et les émotions lors d’interventions d’urgence en SMUR et SAMU, pour accompagner les suites d’AVC et d’Infarctus du myocarde, ainsi que pour améliorer la qualité de vie en cancérologie et soins palliatifs. Dans un bloc opératoire, où le corps peut être considéré comme “une machine à réparer”, qu’en est-il du ressenti du patient ? Qu’en est-il de son vécu de l’opération ? Qu’en est-il de ses angoisses… ? Que se soit pour préparer l’intervention chirurgicale, pour gérer le stress et les émotions, ainsi que pour réduire les doses d’anesthésiques, la place de la Sophrologie en bloc opératoire prend tout son sens.

Préparation à l’intervention Chirurgicale 

Hormis l’acte chirurgical en lui-même, ce qui angoisse la plupart des personnes étant amenées à “subir” une intervention au bloc opératoire, est la peur de l’anesthésie et la peur d’avoir mal pendant mais aussi après l’intervention. En effet, qu’elle soit locale ou générale, l’anesthésie peut susciter chez la personne opérée, plus de peur que l’intervention chirurgicale elle-même. Certains peuvent effectivement avoir peur de ne pas pouvoir se réveiller après une anesthésie générale, ou avoir peur des complications postopératoires ; d’autres peuvent être angoissés à l’idée d’être opéré sous anesthésie locale, car ils seront alors conscients de ce qui se passe pendant l’opération… La peur d’avoir mal devient vite l’une des préoccupations du patient, d’autant plus si la personne est de nature anxieuse et/ou qu’elle ne supporte pas le contexte du bloc opératoire. Dans certains cas, le déroulement de l’intervention peut être perturbé, voire même retardé, par l’état de stress et d’anxiété du patient. Des complications pré et postopératoires peuvent alors survenir et s’étoffer, augmentant ainsi la durée du séjour à l’hôpital.

Apaiser et mettre en Confiance   

La Sophrologie va avant tout permettre au patient de retrouver un certain état d’harmonie et de calme profond, apaisant ainsi le stress et les angoisses liées au contexte de l’intervention chirurgicale. La répétition des séances de Sophrologie et l’entraînement personnel du patient, vont lui permettre de mieux se préparer pour cet évènement, un peu comme le ferait un athlète pour optimiser ses performances et sa maitrise de soi lors d’une compétition. Il va s’agir d’adapter son comportement, ses pensées et ses émotions, tout en développant “sa propre boite à outils” pour gérer au mieux la situation. Envisager ainsi tous les possibles tout en restant optimiste, afin d’éviter les situations d’échecs et les mauvaises surprises si cela ne devait pas se passer comme on l’avait prévu. C’est d’ailleurs le retour des femmes enceintes qui se sont préparées à vivre leur accouchement avec la Sophrologie : “C’était peut-être difficile mais cela s’est bien passé, car mentalement je m’étais déjà vu dans cette situation.” Décider de “vivre”, de s’engager, plutôt que de “subir”, va aussi vous permettre de changer votre point de vu et votre ressenti, sur ce qui vous semblait vous faire obstacle pour avancer. Les personnes préparées avec la Sophrologie, arrivent ainsi généralement calmes et confiantes au bloc opératoire, car elles ont changé la perception dont elle allaient vivre cet évènement.

Gestion de la Douleur et Sophro-Analgésie

Que se soit avec l’Hypnose ou avec la Sophrologie, en ce qui concerne la Douleur, il ne s’agit pas de l’éliminer mais bien de la rendre supportable. En effet, étant très subjective, plus on cherche à supprimer une douleur, plus on lui donne de l’importance… Il faudra alors plutôt chercher à détourner l’attention de cette douleur, en étant davantage dans le mental que dans le corps qui souffre. Bien souvent – dans le cas d’une anesthésie locale – après avoir placé le patient dans un état de détente profonde, l’idée d’un voyage est mise en place. Ce voyage, guidé par le sophrologue, accompagne le patient tout au long de l’opération et l’aide ainsi à vivre autrement ce qu’il peut ressentir au cour de cette intervention chirurgicale. Les résultats seront d’autant plus efficaces avec un patient préparé avec la Sophrologie avant son opération.

Résultats et Bénéfices

Les interventions sous Sophrologie, permettent de diminuer les sensations douloureuses de 10% à 90% selon les cas, mais il arrive que la douleur disparaisse complètement. La gestion du stress, des angoisses et de la douleur avec la Sophrologie permet non seulement d’apaiser naturellement la personne opérée, réduisant au passage les médicaments et les doses d’anesthésiques avant et pendant l’intervention chirurgicale, mais permet également d’améliorer la récupération après l’intervention, tout en réduisant les complications pré et postopératoires.

La Sophrologie : un complément de soins pour une meilleure prise en charge du patient

Encore une fois, la Sophrologie ne remplace aucunement les traitements et les suivis médicaux. Néanmoins, elle constitue une nouvelle approche dans l’accompagnement aux soins, avec une prise en charge globale du patient et reconnaissant ainsi davantage son existence en tant qu’Etre Humain – doté de sensations, de ressentis et d’émotions.

Applications de la Sophrologie au bloc opératoire

  • Gestion du Stress, des Angoisses et de la Douleur
  • Complément de l’anesthésie générale
  • Support pour l’anesthésie locale
  • Réduit les doses d’anesthésiques
  • Réduit les effets secondaires des traitements et les complications pré et postopératoires
  • Meilleure récupération et baisse des saignements
  • Optimisation de la prise en charge des soins
  • Meilleure considération du patient dans sa dimension existentielle
  • Facilite les petites interventions : endoscopie, soins dentaires, …

Fatigue et Déprime saisonnière

Astuces Mieux-être & Santé | Fatigue et Déprime saisonnière

Le changement de saison est arrivé : passage à l’heure d’hiver, baisse de la luminosité et des températures, apparition des premiers symptômes pseudo-grippaux, … Les belles couleurs de l’automne vont bientôt s’estomper pour laisser venir fatigue et déprime saisonnière. Alors comment renforcer votre organisme pour rester en pleine forme et faire le plein d’énergie tout l’hiver ?

1 – Nutrition : “je suis ce que je mange”

C’est la première étape pour rester en forme, renforcer vos défenses immunitaires et lutter efficacement contre la fatigue tout au long de l’année. “En effet, si vous ne mettez pas le bon carburant dans votre moteur, votre voiture ne risque pas d’aller bien loin…” Il en est de même pour votre organisme et votre capital santé !

Privilégiez les glucides complexes (pain complet, riz, pâtes, pomme de terre, …) car ils constituent votre principale source d’énergie et ne font absolument pas grossir !!! Sauf bien sûr si vous rajoutez trop de matières grasses comme le beurre, les sauces, le gruyère, … Pour les adeptes des régimes hyper-protéinés sans glucides, la cétogénèse est en effet freinée par l’absorption de glucides, toutefois ce type de restriction alimentaire s’effectue au grand maximum sur 6 semaines – dont 3 semaines strictes – et non toute l’année… D’autant plus qu’un apport trop faible en glucides ne fera qu’accentuer votre fatigue et affaiblira inévitablement votre organisme…

Néanmoins, si vous voulez optimiser “votre ligne”, consommez plutôt des aliments à IG bas et moyens : index glycémique inférieur à 50g de glucides pour une portion de 100g. Cela étant, pas de régime entre Octobre et Février ! Votre organisme va déjà s’affaiblir avec le froid, le manque de lumière et autres “joies de l’hiver” comme la grippe et la gastro, alors inutile de l’affaiblir davantage en réduisant vos apports caloriques… Il s’agira surtout de “Bouger” en pratiquant une activité physique et sportive, modérée et surtout régulière pour compenser les écarts. Rappelant au passage que pour perdre 1kg de masse grasse, il faut créer un déficit de 7000kcal…

Consommez des Fruits et Légumes de saison pour faire le plein de vitamines, de fibres et de sels minéraux. Vous pouvez bien entendu prendre quelques compléments alimentaires pour booster vos défenses et votre vitalité (magnésium, ginseng, vitamines C, …), néanmoins cela doit rester un complément occasionnel par rapport à une bonne hygiène de vie et une alimentation variée et équilibrée. Voici quelques fruits et légumes de saison qui pourraient vous inspirer dans la préparation de vos plats – n’hésitez pas à les rehausser avec quelques épices et aromates naturels. Si vous n’êtes pas très fans des légumes, essayez les soupes, même les sportifs de haut niveau en consomment…

Légumes : “betterave, carotte, céleri, chou-fleur, courge, épinard, fenouil, navet, poireau, potimarron, …”

Fruits : “coing, mandarine, kiwi, pamplemousse, poire, pomme, raisin, …”

2  –  Activités Physiques et Sportives : régulières et modérées

C’est bien connu : “faite du sport pour rester en forme.” Il s’agit avant tout de “Bouger”, aussi bien pour lutter contre les effets néfastes de la sédentarité, pour décompresser et améliorer votre moral, mais aussi et surtout pour renforcer davantage votre organisme et votre capital santé.

Les bénéfices du Sport sur notre Santé sont nombreux :

  • Développer et /ou maintenir une bonne condition physique
  • Participe à la gestion du stress et des émotions
  • Améliore la qualité de votre sommeil
  • Renforce notre organisme et nos défenses immunitaires

Un sommeil de bonne qualité pour une bonne récupération

7h à 9h de sommeil sont nécessaires pour permettre à votre organisme de récupérer, aussi bien sur le plan physique que mental. Si vous avez l’impression d’être fatigué tout au long de la journée, c’est que votre sommeil n’est plus réparateur. N’hésitez donc surtout pas à aller vous coucher plus tôt, faire des siestes dans la journée si cela est possible, ou tout simplement profitez de votre week-end pour ne rien faire d’autre que penser à vous et vous détendre. Il faut en effet penser à soi de temps en temps, ce n’est absolument pas égoïste, c’est juste essentiel.

3  –  La Sophrologie : une aide précieuse pour booster votre quotidien et faire le plein d’énergie !

Bien plus efficace qu’une sieste ou une simple relaxation, la Sophrologie peut vous permettre d’évacuer la fatigue et les tensions accumulées mais pas seulement…

C’est d’abord prendre du Temps pour Soi et apprendre à s’écouter : relâcher tout ce dont on a plus besoin de garder (tensions, fatigues, pensées et émotions parasites), observer et ressentir ce qui se passe pour vous, ici et maintenant, sans jugement. Puis, prendre le recul nécessaire et choisir un nouveau regard plus optimiste, tout en développant de nouvelles capacités comportementales pour mieux s’adapter face aux difficultés rencontrées.

Les bénéfices de la Sophrologie sur notre Mieux-être et notre Capital Santé sont nombreux, néanmoins en voici quelques exemples utiles pour mieux affronter ce changement de saison :

  • Gestion du stress, des émotions et états dépressifs
  • Gestion de la fatigue physique et mentale
  • Meilleure qualité du sommeil et gestion des insomnies
  • Gestion des symptômes pseudo-grippaux
  • Travail sur la motivation, l’estime et la confiance en soi
  • Gestion du comportement alimentaire

Sophrologie & Gestion des émotions

Sophrologie et Gestion des émotions | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog

Colère ? Tristesse ? Anxiété ? Déception ? Frustration ? Impulsivité ? Tout cela mijote et s’accumule à l’intérieur de vous et vous ne savez pas comment surmonter efficacement ces difficultés ? Ce mois-ci je vous parle de la gestion des émotions et de ce que la Sophrologie peut vous apporter pour soulager votre quotidien. Que ce soit dans votre vie personnelle, universitaire ou professionnelle, la Sophrologie est peut-être “La solution” qui peut vous aider à avancer encore plus loin.

Les émotions dans tous leurs états

Du latin “motio”, qui signifie “le mouvement ou action de se mouvoir”, les émotions sont des phénomènes qui impliquent par définition de se mettre en action. Tout comme le “Stress” qui nous prépare à l’action pour fuir ou pour combattre un danger, cela se traduit par des réponses neurophysiologiques qui agissent sur le Corps : transpiration, mains moites, accélération du rythme cardio-respiratoire, …

Ces émotions proviennent de notre perception et/ou de notre interprétation des évènements présents autour de nous – dans notre environnement – mais aussi et surtout en nous, c’est-à-dire en lien avec nos pensées, nos souvenirs ou encore avec des images provoquant ces réactions émotionnelles.

Néanmoins ce qui rend bien souvent compliqué le fait de pouvoir gérer calmement nos émotions, résulte de l’interaction entre notre instinct de survie, notre centre émotionnel et notre lucidité. En effet, comme le Dr. MacLean l’avait montré, nous pouvons diviser notre cerveau en trois centres de gestion :

  • “Le cerveau reptilien” ou paléo-cortex (représenté par le cervelet et le tronc cérébral), correspond au cerveau le plus primitif par rapport à l’évolution de l’Etre Humain. Il assure alors les instincts et les reflexes basiques de survie de notre organisme tel que : manger, boire, se reproduire, fuir, la connaissance du plaisir et de la peur.
  • “Le cerveau mammifère” ou le système limbique (situé au centre de notre cerveau), est le siège de la mémoire et des émotions. Il contrôle le système nerveux autonome, notamment responsable de fonctions automatiques comme le digestion et le rythme cardio-respiratoire, mais c’est aussi le centre des effets euphorisants et addictifs, comme lors de la consommation de drogues ou d’antidépresseurs…
  • Le néocortex ou cortex qui recouvre le système limbique et représente 85% du volume cérébral, est le centre de l’intelligence et de la créativité. Scindé en deux hémisphères cérébraux, le côté gauche est associé à la pensée analytique et le côté droit à la pensée synthétique.

Bonnes ou Mauvaises émotions ?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions, comme certains aiment généralement les classer en “émotions positives ou négatives”, elles existent tout simplement et sont présentes en chacun de nous.

Cependant, que ce soit dans la vie quotidienne ou dans la vie professionnelle, nous essayons tous plus ou moins de contrôler nos émotions, par pudeur, par crainte d’un jugement ou tout simplement parce que ce n’est ni le lieu, ni le moment pour exprimer ce que l’on ressent au plus profond de nous. Or si vous passer votre temps à étouffer vos émotions, toute l’énergie mobilisée pour vous “mettre en action” – ne pouvant être libérée – sera stockée dans votre organisme. Vous connaissez peut-être l’expression “ce qui ne s’exprime pas s’imprime…” et c’est bien vrai : fatigues, tensions musculaires, oppressions respiratoires, hypertension artérielle, ulcères, dépression, … Tous ces symptômes peuvent être la conséquence d’émotions fortes non-exprimées et donc stockées dans votre schéma corporel. Pour améliorer votre qualité de vie et préserver ainsi votre capital santé, il est donc essentiel d’apprendre à exprimer ses émotions plutôt que de les réprimer.

La Gestion des émotions en 3 étapes

1- Identifier

Lorsque vous n’exprimer pas vos émotions, elles restent stockées à l’intérieur de vous et engendrent des tensions, de la fatigue, des maux de tête, … La première étape va donc consister à repérer les endroits du corps où se manifestent ces émotions, puis à identifier clairement celles qui sont responsables de ces tensions.

2- Exprimer 

  • Parler à quelqu’un pour se confier, se libérer de ce qui vous pèse, vous ralenti.
  • Ecrire ce que vous ressentez, comme pour mettre une réalité sur votre vécu.
  • Evacuer physiquement les tensions en pratiquant un sport, taper sur un coussin, chanter, crier, faire de la Sophrologie…

3- Communiquer

Communiquer avec la personne qui a fait naître les émotions qui vous dérangent. C’est peut-être l’étape la plus compliquée à effectuer, néanmoins les deux règles à respecter sont :

  • de vous assurer que la personne responsable soit prête à vous écouter,
  • et d’éviter  d’accuser et de rabaisser cette personne.

Apports de la Sophrologie

Etre à l’écoute de son Corps. C’est en effet la première étape en Sophrologie. Apprendre à se déconnecter et à se déconditionner des sources de stress environnant, tout en laissant de côté les pensées parasites, pour ainsi venir se concentrer sur vos sensations corporelles. Un peu comme pour se reconnecter avec soi-même, se recentrer et prendre ainsi conscience de ce qui se passe pour vous, ici et maintenant, dans votre “Corporalité”.

Concernant les émotions, il va alors s’agir de les identifier mais aussi de repérer : Comment et Où cela se manifeste-t-il au niveau du Corps ? Quelles sensations provoquent ces émotions pour vous ? Peut-être une chaleur intense au niveau du thorax ou du ventre, comme un volcan sur le point d’exploser ? Ou bien la sensation de ne plus avoir d’énergie, avec les jambes comme du coton ? … C’est ce que l’on appelle des Phénodescriptions en Sophrologie. Cela s’effectue en fin de séance et permet de mettre des mots et une réalité sur ce qui est vécu.

Le simple fait de prendre le temps de se poser et d’être attentif à vos sensations corporelles de manière Phénoménologique, c’est-à-dire sans jugements, sans analyses, juste observer et ressentir ce qui est là, permet déjà de mettre de la distance avec vos pensées, vos interprétations et donc de retrouver une certaine lucidité, ainsi qu’un état de calme et d’harmonie dans votre schéma corporel. Une fois repérées, les zones de tensions pourront alors être relâchées ou stimulées – notamment avec l’aide d’exercices dynamiques corporels et respiratoires. Avec une pratique régulière, vous serrez capable d’évacuer plus efficacement la fatigue et les tensions musculaires accumulées par le stress et les émotions qui perturbent votre quotidien.

Percevoir et redécouvrir notre environnement avec tous nos sens. Nous avons vu que les émotions naissaient de notre perception et de notre interprétation des évènements présents autour de nous, mais aussi en nous. Après la maîtrise et la détente du Corps avec les exercices de RD1 (Relaxation Dynamique du 1er degré, axée sur le Corps), la Sophrologie poursuit le travail avec son 2ème degré (RD2), qui inclut la redécouverte des canaux sensoriels  – la vue, l’ouïe, l’odorat, … – ainsi que la maîtrise du Mental et de nos capacités imaginatives illimitées.  Ce travail permettra par la suite de développer des techniques spécifiques utilisées notamment dans la préparation à des évènements anxiogènes, retrouver confiance en soi, ou encore pour gérer des phobies.

Entraînement Personnel Régulier Indispensable. J’insiste encore ici sur l’importance de la pratique personnelle et régulière de la Sophrologie, surtout si vous débutez sa pratique. Cela va non seulement vous permettre de recevoir tous ses bienfaits, mais aussi et surtout de développer vos propres ressources et vos capacités à gérer plus efficacement les difficultés rencontrées. Au fil des entraînements vous pourrez alors espacer vos pratiques et ainsi les utiliser en cas de besoin.